Ma sélection jeunesse épisode 2

Bébé a bien grandi, il a déjà 1 an et demi, et oui, déjà… ses lectures ont changé, d’où l’envie de vous faire une nouvelle petite sélection. Evidemment il est toujours amateur des livres à manipuler et faisant de la musique. Il y a des classiques dans notre famille qu’il faut regarder ou écouter tous les jours 😉

Le livre qui dit non !

Mon fils adore ce livre, pourtant il y a très peu de textes, je pense qu’il aime surtout l’intonation et la mise en scène que nous faisons avec mon mari quand nous lui lisons. Nous avons également le livre en colère et le livre qui a peur mais il en existe d’autres. Une série qui parle simplement des diverses émotions et qui permet de les aborder de manière ludique.

Où est passé saucisse ?

Au moment d’aller se coucher, la sorcière cherche Saucisse. Mais qui est Saucisse ? Mon fils cherche avec nous dans l’image si Saucisse ne se cache pas dans le salon avec le chat ou dans la cuisine avec le crapaud ou encore dans le grenier avec le hibou. Sans hésitation ses pages préférées sont celles où la sorcière pleure (j’ai un certain talent pour l’imiter qui l’amuse beaucoup !) et la page du  » sssssssssss » que je vous laisse découvrir.


Anton est magicien

Pour le coup je connais seulement le résumé de l’histoire, c’est un livre que notre fils adore lire chez la nounou. Il faut visiblement l’ouvrir au moins une fois par jour !


La moto de Marco

Notre fils est toujours fan des motos, dès que nous allons chez mes parents, il réclame d’aller dans le garage pour monter sur la moto de son papy et cela… plusieurs fois par jour ! Du coup vous pensez bien qu’il adore ce petit livre ! Nous en avons plusieurs de la série: l’ambulance de Maxence, le scooter de Walter, l’avion de chasse d’Elias, le vélo de Mattéo... mais celui-ci reste de loin son préféré.

Je mangerais bien un enfant

Un livre plein d’humour avec un graphisme sympa. Notre fils ne comprend absolument pas les subtilités de l’histoire et encore moins le second degré mais il aime bien me le réclamer en fin de journée, quand je viens de le récupérer chez la nounou, qu’il est un peu fatigué et que nous allons dans sa chambre pour lire un peu.

10 petits M…

Un livre personnalisé avec le prénom de notre fils pour apprendre à compter. Bon pour le moment, nous regardons seulement les images et nous lisons l’histoire. Il part ainsi à la rencontre de mini versions de lui-même cherchant un trésor, rencontrant des extraterrestres, fuyant les dinosaures, parcourant les fonds marins… vraiment chouette !

10 Little Yous in Giftwrap

Un bisou pour…

Un petit livre tout simple avec un un petit poussin qui embrasse tour à tour d’autres animaux. Plus il fait de bisous, plus il prend de la place au fil des pages. Forcément, l’amour, ça fait grandir ! Mon fils adore embrasser toutes les pages !

Un bébé au courrier

Un livre plein d’humour, tout doux et joliment illustré. Ici, un petit pingouin postier doit couver l’oeuf de sa maman partie pêcher. Mais il préfère effectuer sa tournée de courrier… Les adresses postales sont amusantes pour les adultes. Une jolie histoire pour aborder l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite soeur.

Devine combien je t’aime

Un album plein de tendresse qui rappelle l’importance et la beauté des mots « je t’aime ». Les illustrations pastels sont douces et charmantes à regarder. Un classique qui fonctionne vraiment bien.

Nous essayons de lui faire découvrir plusieurs styles et graphismes donc il y a des choses très différentes. Je n’aime pas tout mais l’important est que cela puisse lui plaire et soit adapté à son envie du moment. J’espère que cela va vous donner envie d’aller feuilleter certains ouvrages 😉

74ème festival de Cannes

C’est l’été… et c’est le festival de Cannes ! Et oui, cette année, le festival se tient du 6 au 17 juillet, les juillettistes vont donc croiser les festivaliers sur la Croisette. Je dois avouer que je garde forcément en mémoire la 70e édition en 2017. Mon mari m’a fais la surprise de m’y emmener, un rêve s’est alors réalisé et avec la chance qu’il a, sans le savoir, le président du jury était Pedro Almodóvar que j’admire énormément. Mais cette année, mon côté fan est très fortement titillé avec la présence de Mylène Farmer dans le jury. Cela semble tellement improbable, elle qui n’aime pas être exposée, la voilà sous les feux des projecteurs. En tant que fan qui se respecte (même si je déteste ce mot qui, je trouve, semble toujours péjoratif dans la bouche des gens) je connais évidemment son amour pour le 7e art. On peut dire que grâce à elle, j’ai visionné de vieux films dont je ne connaissais même pas l’existence à l’époque comme La Fille de Ryan de David Lean, L’important c’est d’aimer d’Andrzej Zulawski, Stalker d’Andreï Tarkovski, La Prison de Ingmar Bergman… et j’en passe. Évidemment je n’ai pas tout aimé ni apprécié mais j’ai fais de belles découvertes qui m’ont parfois amené vers d’autres films, d’autres artistes. Son amitié avec le cinéaste David Lynch m’a fais regarder la plupart de ses films (et je peux vous dire que Mulholland Drive à 15 ans, je n’ai pas tout compris !). Bref, j’ai bizarrement une envie folle d’être à Cannes en ce moment 😉

Concernant la programmation officielle, le film Annette m’intrigue terriblement (et pourtant, je déteste les comédies musicales et je suis loin d’être fan de Marion Cotillard) et je pense traîner mon mari dans les salles obscures dans les prochains jours pour aller le voir. Forcément les cinéastes qui ne sont plus à présenter, Paul Verhoeven, Sean Penn, Jacques Audiard, Wes Anderson et François Ozon peuvent proposer de très bons films mais je suis susceptible d’être plus facilement déçue que par un cinéaste créant la surprise. J’attends donc la petite pépite inattendue. La bande-annonce de Titane annonce pour ce deuxième film de la cinéaste Julia Ducournau encore quelque chose qui va secouer ! Je me souviens de son film Grave mettant en scène une étudiante en école vétérinaire se découvrant un penchant pour la chair humaine. A surveiller, surtout que ce n’est normalement pas trop le genre du festival. J’ai également entendu de très bonnes critiques sur le film La fracture de Catherine Corsini qui a été acclamé plus de 15 mins après la diffusion. Une amie se trouvant dans la salle à Cannes m’a confirmé avoir pris une claque.

Du coup je me suis dis « tiens, j’ai vue combien des films ayant reçu la palme d’or ? ». De 1999 à 2019 j’ai vue toutes les palmes sauf en 2007 4 mois, 3 semaines, 2 jours de Cristian Mungiu. Ensuite un gros vide, je remonte à 1994 avec Pulp Fiction, 1993 avec La leçon de piano, nouveau gros trou pour arriver à 1987 avec Sous le soleil de Satan, puis après en 1984 avec Paris, Texas, bien après en 1979 avec Apocalypse Now, en 1976 avec Taxi Driver, en 1974 avec Conversation secrète, encore plus loin 1966 avec Un homme et une femme, 1964 avec Les Parapluies de Cherbourg, 1963 avec Le Guépard… et après je l’avoue, aucune palme jusqu’en 1939. Finalement, il reste encore beaucoup de films à voir ! C’est très amusant d’ailleurs de voir l’évolution des genres et le changement des mentalités aussi dans le choix des films sélectionnés. Je parle ici uniquement des palmes d’or mais le constat se fait également dans les autres catégories (un certain regard, hors compétition, courts-métrages…).

En bref, Cannes ne cessera jamais de me faire rêver. J’ai hâte de pouvoir retourner dans les salles obscures et découvrir certains films de cette belle édition 2021.

Découvertes du mois de juin

Un mois très agité (dans le bon sens du terme) qui est passé à vive allure. Nouveau travail pour moi donc nouveau rythme pour la famille, nouvelle organisation… mais aussi fête des pères à organiser, aide au marché des potiers, rencontre de bébés, belles promenades et beaux moments de complicité. Mais j’ai pris le temps de vous faire ma sélection du mois :

Livre : Les enfants sont rois

L’histoire est simple : Mélanie Claux fait de ses deux jeunes enfants des stars sur YouTube jusqu’au jour où sa fillette est enlevée. Il s’agit d’un roman polar traitant des dérives des réseaux sociaux, d’une époque où l’on ne vit que pour être vu. Ici tout s’expose et se vend, même la vie de famille. Les enfants sont surexposés, ils reçoivent des montagnes de cadeaux et passent les W.E dans les parcs d’attractions, sans aucune intimité. On peut alors se poser les questions suivantes : la société sait-elle protéger les enfants ? quels adultes deviendront-ils ? Dans ce livre, nous suivons également deux femmes que tout oppose : Mélanie fascinée par la télé-réalité et Clara qui travaille à la brigade criminelle de Paris en tant que procédurière. On découvre la personnalité et le passé des deux femmes avec des descriptions un brin caricaturales mais cela fonctionne. On sent venir la résolution du kidnapping plusieurs pages avant mais finalement pour moi ce n’est pas le sujet principal du livre. L’écriture est simple, fluide, directe. Ce livre n’est pas mon préféré de l’auteure d’un point de vue de l’écriture mais j’ai été happée dès les premières pages.

Série : Chernobyl

J’avais envie de voir cette série, et puis non, et puis oui, finalement nous nous sommes lancés avec mon mari et nous n’avons pas regretté. En seulement cinq épisodes, cette série relate l’avant, le pendant et l’après explosion de l’usine en se penchant aussi bien sur la question humaine, écologique, politique, militaire et judiciaire. La série pointe du doigt les stratégies politiques et administratives qui ont provoqué la mort de milliers de personnes et ose évoquer la chaîne de responsabilité, les mensonges d’État, le déni, la panique… d’une manière glaçante. On ne peut s’empêcher de transposer cet événement à l’heure actuelle et de s’interroger. La série mélange fiction et documentaire avec brio. Par exemple le personnage d’Ilana Khomyuk, une physicienne nucléaire biélorusse a été créée « pour représenter et honorer » les dizaines de scientifiques qui ont contribué aux opérations qui ont suivi l’explosion, explique un montage en conclusion de la série. Une série qui marque les esprits et qui rend honneur aux hommes et femmes sacrifiés pour contenir les conséquences du drame, mettant ainsi en lumière ce qui se passe quand les autorités choisissent d’ignorer la vérité.

Film : I Care a Lot

Marla est une tutrice réputée spécialisée auprès de gens âgés et surtout très riches, qu’elle dépouille allègrement sans que leur famille ne puisse rien y faire. Avec sa petite amie Fran, elle mène donc une vie de luxe jusqu’à ce qu’un grain de sable ne vienne enrayer leur petite entreprise fructueuse. Voilà pour l’histoire qui promet un régal d’immoralité. Pourtant, le film est divertissant mais un brin décevant. Je trouve que le réalisateur ne pousse pas au maximum les curseurs de la férocité. J’ai peut être trop en tête le rôle de l’actrice principale dans le film Gone Girl où elle est au sommet du machiavélisme. Le film présente cependant un bel équilibre entre la comédie et le thriller avec plusieurs éléments comique mais reste pour ma part un peu trop lisse et simplet dans son scénario.

Trouvaille : Cotton Bird

Un très beau site que j’avais déjà repéré au moment de la naissance de notre fils. Nous avions hésité à commander nos faire-part dessus. Et là j’ai craqué pour la fête des pères, j’ai commandé une affiche reprenant les informations clés de la naissance de notre fils. Je peux vous dire que j’ai regardé pendant plusieurs jours, n’arrivant pas à me décider sur le dessin, tellement de choix différents et ils sont tous splendides. J’ai finalement opté pour celui en photo et je l’ai personnalisé. Il est dans notre chambre, j’adore ! Vous allez vous dire que je me suis un peu servie de la fête des pères pour me faire ce cadeau, peut-être un peu mais rassurez-vous, mon mari a également eu un shooting photos père/fils en studio rien que pour lui 😉 Voici le lien du site : https://www.cottonbird.fr, attention, vous allez craquer !

Envie du moment :

Une envie simple et qui pour le coup va se réaliser en fin de semaine : faire la fête ! Et oui, vendredi midi je pars pour 3 jours d’evjf à la Rochelle et je pense que cela va faire un bien fou ! Déjà le planning est vraiment sympa : restos, shooting photo, balade et apéro sur un catamaran, escape game, défis dans la ville, petit dej’ sur la plage… et je pense que nous allons bien nous amuser. Forcément j’ai un petit pincement au cœur de laisser mes 2 hommes à la maison, mais Monsieur aura également droit à ses 3 jours de détente en août lors de l’evg du futur marié 😉

Voilà pour ce mois de juin ! Je pense être un peu moins présente sur la toile et donc moins régulière dans la publication de mes articles. Les beaux jours revenant, pas tellement envie d’être collée sur mon écran et je préfère consacrer mes soirées à mes hommes 😉

Découvertes du mois de mai

Un mois de mai avec de belles découvertes, le choix a été difficile à faire. Je vous laisse découvrir tout cela, bonne lecture :

Livre : La Cantine de minuit

Un manga qui m’a interpellé sur le blog d’un ami et qui m’a été offert par celui-ci (Merci !). Un manga que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire mais… qui donne faim ! Une fois la lecture terminée, j’avais envie de tester plusieurs recettes. Ce manga porte bien son nom : un homme, dont on n’apprendra pas grand-chose, ouvre son restaurant entre minuit et sept heures du matin. Les chapitres sont courts, on découvre des personnages qui, dans l’intimité de la nuit et au gré des plats, se confient et sympathisent. On retrouve la notion de partage au sens large. Les histoires prennent des tours parfois surprenants, parfois émouvants, on croque la vie des clients avec plaisir. Le dessin est simple, humble, l’important est finalement la rencontre entre les individus. Ce manga donne envie d’aller s’assoir au comptoir de cette cantine, de ce lieu convivial sans chichi. Une belle découverte.

Série : Good Omens

Tiré du roman éponyme de Neil Gaiman et Terry Pratchett, Good Omens est une une série diaboliquement divine. Pour résumer, l’ange Aziraphale et le démon Rampa, après 6 000 ans de vie sur la Terre, ne se résignent pas à la venue imminente de l’Apocalypse. Ils se liguent ensemble contre leurs autorités supérieures et tentent d’influencer le cours apparemment inéluctable des événements. Mais si Dieu a un plan, il est ineffable. On retrouve ici un humour typiquement british et un univers déjanté avec des nonnes satanistes gaffeuses, un chien de l’enfer trop mignon, des chasseurs de sorcières un peu barrés, les Cavaliers de l’Apocalypse motards, et j’en passe. Le duo que forment Michael Sheen et David Tennant fonctionne à merveille. La complicité des deux personnages est jubilatoire. Le générique est juste superbe. La minisérie en six épisodes se dévore même si le final est un peu décevant. Une série drôle qui remet en question le bien et le mal.

Film : Sparring

A plus de 40 ans, Steve Landry est un boxeur qui a perdu plus de combats qu’il n’en a gagnés. Avant de raccrocher les gants, il accepte une offre que beaucoup de boxeurs préfèrent refuser : devenir sparring partner d’un grand champion. Voilà pour l’histoire. Ce film nous invite à découvrir l’univers des boxeurs plutôt que celui de la boxe. Steve est la figure d’un boxeur qui n’a jamais connu la gloire et ne la connaîtra jamais, un bon père de famille, un anonyme parmi tant d’autres, sans doute considéré comme un loser dans son métier, mais qui ne va jamais se plaindre et qui va essayer de supporter sa famille comme il peut. Matthieu Kassovitz est d’une sobriété absolue dans le film, fragile et fort à la fois, fier et blessé. Un film intelligent et émouvant. Le réalisateur parvient à trouver un juste équilibre entre la violence du monde de la boxe et la protection du cocon familial mais je trouve qu’il aurait pu pousser un peu plus les deux pour que le film soit encore plus prenant. Il m’a manqué ce petit quelque chose pour vibrer totalement.

Trouvaille : zepartybox

Vous allez me dire, encore un truc pour les bébés ! J’avoue, en ce moment je suis dans les naissances et les anniversaires donc je m’inspire. Une amie m’a parlé de ce site qui confectionne des objets en bois. Je suis tombée sous le charme de l’abécédaire des animaux que je vais commander pour mon fils. J’aime aussi beaucoup la suspension « la vie en fleur » comprenant des fleurs séchées et une phrase/citation au choix. Bref de jolies idées sur ce site : https://www.zepartybox.com/

Envie du moment : Cinéma

Une envie simple, celle de renouer avec les salles de cinéma. Cette réouverture du monde de la culture fait du bien, un semblant de vie normale qui reprend enfin. L’envie est grande de pouvoir à nouveau fréquenter les musées, les théâtres, les salles de concert, les galeries d’art, les monuments… mais pour commencer, me faire une toile en amoureux ou avec des amis est une idée qui me tente bien.

J’espère que le mois de mai aura pu vous donner des idées et l’envie de découvrir une nouveauté. Rendez-vous en juin !

Jeux de société à 2

Il existe énormément de jeux pouvant se jouer à partir de 2 joueurs. Mais aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler exclusivement des jeux qui se jouent à 2 uniquement.

Pour commencer, voici Pocket Ops, un petit jeu rapide qui permet de revisiter le classique morpion mais en y ajoutant des pions experts. Un joueur essaye de deviner où l’adversaire va poser son pion espion ou expert. S’ il a vu juste alors soit l’expert est retiré du jeu soit l’espion retourne dans la réserve de son adversaire. S’il s’est trompé, soit on effectue le pouvoir de l’expert soit l’espion est déposé sur la case, le but étant d’aligner 3 pions. Un jeu qui ne prend pas de place et qu’on peut emporter partout.

Un style totalement différent avec Shindra, jeu tactique qui oppose deux civilisations : aztèque et grecque. Les cartes sont magnifiques. Pour remporter la partie, vous devrez, en déployant vos cartes, convertir les troupes de votre adversaire, ce qui consiste tout simplement à retourner une carte pour lui faire prendre vos couleurs. Le vainqueur est celui qui a le plus de cartes de sa couleur à la fin de la partie. Pour plus de challenge, vous pouvez jouer avec des cartes « dieux » incluant des sacrifices et des offrandes. Un jeu facile à mettre en place, malin, rapide avec plusieurs stratégies.

7 Wonders Duel qui est issu du célébrissime 7 Wonders se jouant de 3 à 7 joueurs. Le principe reste grosso modo le même, les joueurs acquièrent des cartes au cours de trois âges, ces dernières fournissant des ressources ou faisant progresser leur développement militaire ou scientifique afin de développer leur civilisation ou bâtir des merveilles. A la différence de son prédécesseur, les cartes ne passent pas de mains en mains mais sont présentées au milieu des deux joueurs sous forme de pyramide. La victoire peut s’obtenir de 3 manières différentes : victoire scientifique, victoire militaire ou victoire au points. Une fois la mécanique intégrée, le jeu est très fluide et les parties très prenantes, les parties s’enchaînent rapidement. Il existe des extensions. Avec mon mari nous avons Pantheon qui vient rajouter un peu de piment.

Mr Jack Pocket, pour le coup j’aime moins mais sans doute parce que je n’ai jamais gagné contre mon mari, ça agace ! Comme dans la version plateau, un joueur incarne l’inspecteur qui tente de démasquer Jack l’éventreur alors que son adversaire joue le rôle du criminel en fuite. Le plateau est composé de 3 cases par 3, chaque case représentant à la fois une rue de Londres et l’un des neuf suspects. Autour du plateau sont placés les pions Holmes, Watson et chien policier. À chaque tour, le premier joueur lance 4 pions d’action qui permettront de déplacer les pions enquêteurs, de réorienter des tuiles ou de piocher une carte « suspect ». Il faut beaucoup anticiper les réactions de l’autre joueur et réfléchir plusieurs coups à l’avance. La petite boîte permet de le transporter partout très facilement.

Thunder and Lightning, vous pouvez jouer Loki ou Thor, le but étant de subtiliser à votre adversaire un puissant artefact en sa possession et de l’empêcher de voler le vôtre. Il faut se constituer un système d’attaque/défense en disposant ses cartes face cachée devant soi. Un jeu de cartes et de bluff que j’apprécie. Du hasard comme dans beaucoup de jeux mais beaucoup de combinaisons possibles. Il faut en revanche quelques parties avant de bien connaître les spécificités des cartes.

Un jeu de réflexion avec Onitama qui reprend l’esprit des échecs, où tout se calcule, s’anticipe et se planifie. Chaque joueur a 2 cartes visibles pour déplacer ses pièces. Tous les déplacements à venir sont donc connus. Le but est de réussir à déplacer son maître sur le portail adverse. Les mouvements des 2 camps puisent dans la pure tradition des échecs (et particulièrement le fou et le cavalier), les cartes vont autoriser/interdire des mouvements précis empruntés aux arts du Kung-fu (Crabe, Mante, Singe, Dragon). Un bon jeu d’affrontement stratégique à deux, rapide (une partie dépasse rarement les 15-20 mn) et facile à installer.

Un jeu pour mener des expéditions à travers cinq régions : l’Himalaya, la forêt vierge, le désert, le volcan et sous la mer avec une très grande part de hasard : Les cités perdues. Chaque joueur devra établir des paris sur chacune de ses expéditions. Il s’agit simplement de poser ses cartes par ordre croissant sauf que nous n’avons que 8 cartes à la fois, qu’il faut jouer une carte à chaque tour, quitte à devoir défausser et rendre la carte disponible pour l’adversaire qui pourra la récupérer au moment de son choix. Un jeu très simple, très rapide.

Pour rester dans les voyages, Kahuna où le but est de tenter de conquérir un archipel en créant des ponts entre les îles. Le joueur qui a une majorité de ponts gagne le contrôle de l’île. Une douzaine d’îles, des bâtons et quelques cartes suffisent pour confectionner un jeu de conquête de territoires. Personnellement je ne suis pas fan. Avec mon mari nous y avons très peu joué. Je n’ai pas vraiment d’explication, je n’arrive pas à rentrer dedans.

Et pour terminer, Tides of Madness qui est la suite du jeu de cartes primé Tides of Time. Il ajoute la prise en compte de la folie aux règles de son aîné. Le jeu est ancré dans le Mythe d’H.P. Lovecraft. Il s’agit d’un jeu de draft, une partie se déroule en trois manches pendant lesquelles les joueurs vont choisir les cartes à poser dans leur royaume. Chaque carte appartient à une des 5 couleurs disponibles dans le jeu et propose des conditions d’accumulation de points de victoire différentes. Certaines cartes puissantes pourront vous faire perdre des points de santé mentale et vous mener à la défaite. Les parties sont courtes et intenses.

Voilà pour les jeux se jouant purement à 2. Il en existe évidement plusieurs autres que je n’ai pas forcément eu l’occasion d’essayer encore. Avec mon mari nous jouons finalement souvent à des jeux pour 2-4 joueurs. Alors, lesquels voulez-vous venir m’emprunter ? 😉

Tour d’observation

J’avais envie depuis un moment d’avoir une tour d’observation (ou « tour d’apprentissage » ou « tour d’éveil ») pour notre fils. Il a de plus en plus envie de faire comme nous et comme c’est un véritable petit ver de terre qui se tortille beaucoup, je ne suis jamais vraiment rassurée de le faire monter sur une chaise ou un tabouret. J’avais repéré sur plusieurs sites les fameuses tours Montessori mais il faut être honnête, je ne voulais absolument pas mettre 250e ou plus pour en acheter une. Cela n’est finalement qu’un marche pied amélioré et sécurisé, certes avec de belles courbes mais quand même ! Etant abonnée à plusieurs groupes de maman sur internet et à la revue Parents, j’ai constaté que la plupart des gens fabriquent eux-mêmes une tour en utilisant comme base, la plupart du temps, le tabouret Ikea BEKVÄM (soit 12e). Parfait puisque nous en avions déjà un. J’ai donc mis mon mari à contribution, il a pris les mesures de nos meubles et de notre fils, nous sommes allés acheter des tasseaux, vis à bois, des équerres, un cadenas pour fermer et ouvrir l’une des barres, nous avons regardé des tutos sur internet et en quelques heures mon mari a fabriqué une tour… pour moins de 40e ! Nous ne savions pas comment notre fils allait réagir… il a très vite compris l’utilité de la chose et grimpe la marche pour se mettre à notre hauteur. Il peut y grimper et en redescendre seul, sans l’aide d’un adulte (contrairement à une chaise) et une fois en haut, j’ai seulement à refermer derrière lui. Nous avons donc commencé par une petite séance de transvasement dans la cuisine et par se laver les mains au lavabo et le lendemain nous avons improvisé un atelier crêpes. Je peux vous dire que notre fils est ravi ! Cela lui offre vraiment une nouvelle perspective du monde et une clé supplémentaire vers son autonomie. Nous espérons ainsi l’aider dans son apprentissage du quotidien. Et puis il sera moins frustré de ne pas pouvoir faire les activités qui sont en dehors de son champ de vision habituellement. Je pense que nous allons passer de bons moments avec lui et qu’il va apprécier participer à la préparation de ses repas. Quand il sera un peu moins « brutus », je vais également lui proposer de ranger les couverts dans les tiroirs, ce genre de choses. Côté esthétique, pour le moment nous n’avons pas décoré la tour. J’ai repéré de jolies décorations à coller dessus ou alors je vais prendre mes bombes et mes pinceaux et réaliser des motifs un peu scandinaves. Je ne sais pas encore. Je vais y réfléchir. En attendant voici une photo de notre fils préparant la pâte à crêpes.

Découvertes du mois d’avril

Pour ce mois d’avril, pas de films. Nous en avons pourtant plusieurs à regarder mais entre nos divertissements à la télé (Pékin Express, Koh-Lanta) et les nouvelles séries, nous n’avons pas eu le temps. Nous avons aussi profité du beau temps pour revoir des amis et nous promener en famille. Il est toujours très plaisant de voir les journées s’allonger et de pouvoir profiter d’être en extérieur plus longtemps. Je vous laisse découvrir ma sélection du mois :

Livre : La tresse

Trois continents, trois femmes qui ne se connaîtront jamais, entre lesquelles, pourtant, va se tisser un lien intime, et pour chacune la prise en main d’un nouveau destin. Des femmes si différentes mais pourtant si semblables dans leurs luttes contre l’adversité. Chacune à sa manière et à son niveau doit faire face à de nombreux défis liés à sa condition de femme dont les droits ne sont jamais totalement acquis. Je me souviens que le livre a connu un beau succès à sa sortie et que j’avais gardé en tête de le lire un jour. C’est chose faite. Le livre est assez court, fluide, très facile à lire, j’ai passé un bon moment de lecture et il m’a surtout donné l’envie de me documenter davantage sur la condition des Intouchables en Inde. Le livre n’est pas sans défaut, la fin est assez prévisible, les personnages manquent un peu de profondeur et il y a de forts clichés mais le récit est bien mené et très prenant. Je ne regrette pas d’avoir pris le temps de le lire.

Série : Lupin

Adoptant pour point de départ les aventures du gentleman cambrioleur Arsène Lupin, la série prend pour personnage principal Assane Diop, fils d’un immigré sénégalais injustement condamné par ses employeurs. Cinq épisodes pour une première partie de saison, trop rapide à mon goût. Les choses se font trop rapidement, trop facilement. Pour le moment, les personnages féminins n’existent que très peu au-delà de leur relation avec Assane. Je trouve que le hasard fait souvent trop bien les choses et tourne un peu au ridicule comme par exemple avec le policier fan d’Arsène Lupin (cela tombe bien…) qui fait rapidement le lien entre les agissements d’Assane et le personnage fictif. Il y a quelques soucis scénaristiques également et de gros clichés (la journaliste et son chien, les grands méchants patrons…). La série française entre dans le top 10 des émissions les plus visionnées aux USA, j’avoue que même si elle se laisse regarder, elle ne va pas me laisser un souvenir impérissable, loin de là. Un divertissement efficace, de l’action, le charme d’Omar Sy mais un scénario un peu trop pauvre pour moi. J’attends de voir la suite.

Trouvaille : Album photo pour bébé

Un album photo tout doux, en velour de chez Obaïdi pour les premières photos de bébé. Les photos sont protégées et donc bébé peut jouer avec sans les abîmer. 10 emplacements pour mettre tous les proches, facile à renouveler. On vient de nous l’offrir et notre fils adore regarder les photos de lui avec papy et mamie, papa et maman, les arrière-grands-parents, parrain, marraine… Il le réclame souvent le matin pendant le biberon ou le soir, pour un petit moment calme. Je trouve que l’idée est vraiment sympa et son petit format permet de le transporter partout.

Envie du moment : Tricotin

Je viens de m’acheter un tricotin mécanique automatique pour essayer de réaliser des mots ornementaux avec du fil métallique et des petits objets de déco. Je suis tombée par hasard dessus en me promenant dans les rayons de Cultura et j’ai eu envie d’essayer. J’espère réussir à réaliser des choses sympas !

Voilà pour ce mois d’avril. Rendez-vous en mai pour de nouvelles découvertes !

Antoni Gaudí

Une envie de faire un article sur un architecte que j’affectionne particulièrement : Antoni Gaudí. Son travail n’est plus à présenter, 7 de ses monuments sont inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco. Il est le principal représentant du modernisme catalan et son travail a marqué de façon durable l’architecture de Barcelone. Il trouve sa source principale d’inspiration dans la nature, il a étudié en profondeur les formes organiques et anarchiquement géométriques de la nature, à la recherche d’un langage pour pouvoir refléter ces formes dans l’architecture. Gaudí a également été un novateur dans le domaine des techniques artisanales, inventant de nouvelles solutions techniques et décoratives avec les matériaux qu’il utilisait, comme sa conception des placages de céramique faits de morceaux cassés (trencadís). Mais son travail va bien au-delà de ses oeuvres les plus célèbres, il a également construit des édifices religieux, des zones résidentielles et des maisons pour des particuliers, ainsi que d’autres ouvrages plus petits. Il maîtrisait lui-même plusieurs techniques à la perfection : la céramique, la verrerie, la ferronnerie, la charpente… c’était un touche à tout. Il dessinait les plans de bâtiments ou d’espaces publics comme il réalisait les schémas d’objets de la vie courante. Pendant sa carrière, il a développé une vision de l’architecture qui ne se résume pas à construire des murs et y poser un toit. Pour Gaudí, l’aménagement intérieur est forcément lié à la construction extérieure. L’un ne va pas sans l’autre. Il fait appel à des artisans catalans qui créeront meubles, pièces d’horlogerie, vaisselle, éléments de plomberie ou de menuiserie… imaginés et dessinés par lui. Son œuvre fut très critiquée par nombre de ses contemporains. ll avait cependant des soutiens, qui furent en majorité ses propres clients, ainsi que le monde ecclésiastique et la bourgeoisie industrielle catalane. L’artiste est tombé dans l’oubli au début du XXe siècle. Le projet le plus fou de Gaudí est, assurément, le temple expiatoire de la Sagrada Família . Débutée en 1882, par un autre architecte, la cathédrale est récupérée par Gaudí l’année suivante. Il imagine alors un édifice religieux à ciel ouvert – afin d’être plus proche de Dieu – fait de 18 tours (une pour chacun des 12 apôtres, quatre pour les évangiles, une pour la Vierge et la plus haute, qui culmine à 170 mètres, pour symboliser le Christ) et de quatre façades dédiées à des scènes précises de la Bible comme la Nativité ou la Passion… en mélangeant divers styles : le gothique pour rappeler le temps des cathédrales, le romantique espagnol auxquels il ajoute des éléments cubistes et surréalistes. Arrêtée depuis la pandémie en mars dernier, les travaux de la Sagrada Família ont repris en janvier 2021 avec pour objectif de terminer l’édifice en 2026. Et pour la petite histoire, une entreprise familiale de la région grenobloise a été choisie pour fabriquer la pointe des flèches.

J’ai eu la chance de me rendre plusieurs fois à Barcelone et de pouvoir admirer le travail de Gaudí. Je vous conseille d’aller flâner au Parc Güell, plus de 17 hectares remplis de formes ondulées, de colonnes ressemblant à des arbres, de sculptures d’animaux, de mosaïques. Dans l’enceinte du parc se trouve la Maison Musée Gaudí, dans laquelle a résidé l’architecte entre 1906 et 1925. Un lieu magique et singulier que je trouve incontournable. Si vous n’avez pas le temps de visiter toutes les « maisons », il faut au moins passer devant, elles sont splendides (Casa Batlló et Casa Milà, ou la Pedrera). J’ai beaucoup aimé la Casa Batlló, l’intérieur est à la hauteur de ses façades. Arriver à un tel degré de sophistication et d’esthétique en 1904 est très impressionnant. D’autres œuvres sont plus cachées et plus oubliées (et ne figurent pas toujours dans les guides) : on trouve par exemple la la Casa Vicens qui se visite depuis 2017 (et que je prévois d’aller voir sur un W.E. à l’occasion), les écuries de la Finca Güell, la Pergola de Pedralbes et la fontaine d’Hercule situées dans les jardins du Palais Royal, le Collège des Teresianes, la Casa Calvet… de belles constructions qu’il est dommage de négliger. Pour moi son travail est assez éloigné des conceptions que l’on a souvent de l’architecture. Ses constructions sont toutes en rondeurs et en couleurs et les mosaïques s’étendent un peu partout. Tout est à la frontière entre le réel et l’expression de l’imaginaire… tout ce que j’aime !

La Casa Batlló
Le Collège des Teresianes
La Casa Milà
La Sagrada Família
Le Parc Güell

Joyeuses Pâques

Nous étions confinés pour le premier Pâques de notre fils et nous avons eu peur avec mon mari de l’être à nouveau pour le second. Heureusement, nous avons pu nous déplacer et aller le fêter en Auvergne avec mes parents, grands-parents et ma tante. Les 4 premiers étant vaccinés, nous étions aussi beaucoup plus sereins. La semaine des mauvaises nouvelles étant tombée juste avant, nous avions besoin de changer d’air, de faire cette petite coupure et de voir nos proches. Nous avons en plus eu la chance d’avoir un temps splendide. Autant vous dire que notre fils a passé son temps dans le jardin de mes grands-parents, entre le ballon, le chiot de mes parents, les oeufs et les cadeaux à chercher, il a pris des couleurs ! Sa petite bouille arrive à faire fondre tout le monde, visiblement ses yeux sont un atout de charme (les mamans du parc viennent le confirmer) et sa petite tête chevelue passionne. Il faut avouer qu’il sait y faire aussi en faisant « au revoir » avec la main, en partageant ses gâteaux et jouets, en faisant des câlins, en courant vers les uns et les autres pour être pris dans les bras, en applaudissant joyeusement, en faisant le clown et en rigolant de bon coeur ! Il a été bien chouchouté et gâté une fois encore. Nous avions demandé peu de chocolat pour lui car il est encore petit et il en mange rarement. Il en a donc reçu un peu mais également des livres et pas mal d’habits pour l’été car « bah oui il va bien falloir qu’il s’habille ce petit prince »… bon pour le coup cela est utile car effectivement il ne risque pas de rentrer à nouveau dans ses shorts, t-shirts, polos… de l’an dernier. Bébé a bien grandi depuis ! En tout cas c’était un grand plaisir de le voir chercher et ramener ses petits paquets, mais surtout de le voir s’amuser avec ma famille. Je sais que je suis chanceuse d’avoir des grands-parents bien portants qui peuvent jouer avec lui à même le sol, le porter, lui courir derrière… ils profitent de chaque seconde avec lui. J’espère que cela va encore durer de nombreuses années. Depuis toute petite, pour moi, Pâques rime avec déjeuner en famille et chasse aux œufs. Tout le monde redevient un enfant, les plus grands aidant les plus petits. Ma fête tombant souvent au moment de Pâques, nous profitons d’être tous réunis pour la célébrer. Un moment joyeux et festif dans ce mois d’avril que j’espère pouvoir transmettre à notre fils. Avant de rentrer chez nous, ma grand-mère nous donne depuis toujours un petit bouquet de laurier qu’elle a été faire bénir à l’église. Je le conserve précieusement jusqu’à celui de l’année d’après. Des souvenirs de famille heureux et surtout précieux. Une belle parenthèse dans cette période troublée.

Notre fils en pleine chasse !

Activités manuelles faciles et rapides

Comme la plupart des mamans, je cherche toujours de nouvelles activités manuelles à proposer à mon fils afin qu’il puisse agir sur la matière en se servant d’outils pour créer ou fabriquer, cultiver sa créativité, développer son imagination, développer sa motricité fine, améliorer sa concentration… mais surtout prendre du plaisir tous les 2 et partager ces moments. La nounou réalise beaucoup d’activités avec lui, mais j’ai aussi envie d’en profiter et de le voir s’émerveiller. Je veux m’investir pour lui et ne pas être seulement une maman qui donne à manger, habille, soigne les bobos et raconte une histoire. Certes la nounou (ou la crèche ou l’école) sont aussi là pour ça mais je trouve vraiment cela dommage de passer à côté de ces moments de complicité et de découverte. Parfois mon fils a besoin d’être seul, d’aller dans sa chambre pour regarder ses livres ou jouer avec ses petites voitures, parfois il faut que je sois au plus proche de lui pour qu’il puisse jouer sur mes genoux, parfois encore il a besoin de prendre l’air, de courir dans un parc, de toucher les fleurs, d’aller voir les autres enfants… il faut s’adapter, réussir à voir ce qu’il veut suivant son comportement et essayer de répondre à ses attentes. Pas toujours facile, pas toujours le temps, pas toujours l’envie, mais il faut profiter, cela passe si vite et ces moments ne reviendront pas avec le temps. J’en profite donc pour vous présenter des petites activités simples à réaliser chez vous :

  • Les peintures avec les pieds et les mains de bébé. Pour le coup il faut simplement une feuille blanche et de l’encre. Pour les idées, vous pouvez en trouver des milliers sur internet. Avec mon mari nous avons commencé un classeur avec les peintures de notre fils depuis qu’il est tout petit, c’est amusant de (re)voir la taille de ses pieds et mains au tout début. Maintenant, bébé veut participer, je le laisse souvent jouer avec les tampons, faire son petit bazar sur des feuilles et de temps en temps je lui demande de la concentration pour faire une peinture précise. Il change alors totalement d’expression ce qui m’amuse beaucoup, comme si les choses devenaient sérieuses, et regarde précisément ce que je fais avec sa main. Dernièrement nous avons réalisé des peintures pour la famille pour Pâques. A part un peu de temps, cela ne coûte rien et fait toujours plaisir. Les poules sont réalisées avec sa main et les poussins avec uniquement son pouce. Notre fils a aussi collé les oeufs et pour le reste maman a ajouté un peu de déco 😉
En exclusivité !!

  • Le bac sensoriel ou bac à patouille ! Là encore une activité qui demande peu d’ingrédients, peu d’instruments, peu de temps… et qui procure un vrai plaisir chez bébé ! Pour réaliser votre bac en gel, vous aurez besoin de seulement 1L d’eau et 6 gr d’agar-agar. Vous pouvez rajouter du colorant alimentaire pour ajouter de la couleur et des objets plaisant à votre enfant (des animaux, coquillages, du bois, des fleurs, des bouchons, des pompons…). La première fois j’ai fais simple, je ne savais pas si notre fils allait accepter de mettre les mains dedans. J’ai juste rempli un plat avec du gel et je lui ai donné un gros bouchon de lait. Au début, il n’osait pas toucher, je lui ai montré qu’on pouvait découper des ronds avec le bouchon et toucher la gelée et là… l’éclate ! Je l’ai entendu rire aux éclats pendant de longues minutes. Depuis je fais des bacs à thèmes, avec des couleurs, cela peut aussi permettre de lui apprendre des choses en plus de patouiller. Un conseil, glissez une nappe sous le bac car vous risquez d’en avoir partout !

  • Le loto des odeurs, là encore très facile à mettre en place. J’ai commencé simplement avec des boîtes à thé. Il faut juste que bébé essaye de sentir les choses (notre fils a commencé avec les cailloux et les fleurs du parc). Vous pouvez ensuite utiliser des flacons à odeur, des pots bien lavés, des capsules usagées de machine à café bien lavées… et des produits odorants : épices, pétales, café, chocolat en poudre, poivre, cannelle, lavande, ciboulette du jardin, thym, menthe, curry, vinaigre, clou de girofle… j’adore le voir faire la grimace sur certaines odeurs mais y revenir parfois genre « humm j’aime pas mais en fait j’aime bien ». Nous échangeons de beaux regards complices et nous rigolons bien.

  • Peinture avec du papier bulle. Pour le matériel, du papier bulle, de la peinture et des feuilles pour un petit, vous pouvez ensuite décliner l’activité avec des enfants plus grands en rajoutant des collages, des petits objets… J’ai commencé par réaliser des chaussons avec du papier à bulle, une activité salissante mais très amusante. J’ai versé la peinture dans des assiettes et pour les premiers pas, j’ai soutenu mon fils en lui donnant la main car cela glisse un peu (il faut penser à bien scotcher les feuilles sur le sol). Au début, il n’osait pas trop marcher, il écoutait les bulles qui éclatent en marchant en montrant du doigt ses pieds. Puis il a réussi à se détendre et le bruit et les traces l’ont bien fait rire.

  • La peinture glacée. Vous allez me dire « encore de la peinture », oui j’avoue, mais cela reste aussi le plus simple à réaliser, un bac à glaçons, de la peinture et le tour est joué ! Au début bébé a sans doute pensé à une mauvaise blague  » c’est froiiid » mais ensuite « ho ça glisse et laisse une marque sur la feuille ». Je ne sais pas ce qui est le plus drôle, toucher le glaçon froid ou dessiner avec. Dans tous les cas, un chouette moment en perspective ! Vous pouvez ajouter des bâtons en bois pour que bébé dessine comme avec un crayon et que cela soit moins froid.

  • Il existe de nombreuses activités avec des boîtes à oeufs mais pour le moment, mon fils est un peu jeune pour la plupart. Au début j’ai utilisé la boîte pour qu’il mette dedans des cailloux et bouchons. Maintenant, je l’utilise pour le tri des couleurs. Il suffit de peindre le fond avec une couleur et de lui donner une balle (ou un autre objet) de la même couleur. Bon pour le moment, nous tâtonnons encore pas mal mais dans tous les cas, il aime déposer les balles dedans et faire ses petites affaires.

  • Enfin, le tri d’animaux. Rien de plus simple, vous pouvez imprimer des cartes sur internet avec les différents animaux et utiliser les jouets de votre enfant. Vous pouvez faire des thèmes « animaux de la mer », « oiseaux », « animaux de la jungle », « animaux sachant nager »… Mon fils a commencé chez la nounou avec les animaux de la ferme. Au début il n’a pas bien compris le principe mais aidé d’un autre petit garçon de 18 mois, il a réussi de mieux en mieux à appréhender l’exercice. Chez moi, nous avons testé avec les animaux de la savane : girafe, éléphant, zèbre, lion, léopard, gorille… cela fonctionne aussi. Un petit jeu très simple à mettre en place.

Bref, des petites idées à faire chez vous qui ont bien fonctionné chez moi avec mon fils actuellement âgé de 14 mois et demi (certaines activités ont commencé bien avant). Il en existe beaucoup d’autres que je n’ai pas encore eu l’occasion de tester où dont je n’ai pas parlé pour le moment. Pour le coup internet est une mine d’or pour trouver des idées. Le plus important : faites-lui plaisir, faites-vous plaisir et regardez votre tout petit s’amuser !