Antoni Gaudí

Une envie de faire un article sur un architecte que j’affectionne particulièrement : Antoni Gaudí. Son travail n’est plus à présenter, 7 de ses monuments sont inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco. Il est le principal représentant du modernisme catalan et son travail a marqué de façon durable l’architecture de Barcelone. Il trouve sa source principale d’inspiration dans la nature, il a étudié en profondeur les formes organiques et anarchiquement géométriques de la nature, à la recherche d’un langage pour pouvoir refléter ces formes dans l’architecture. Gaudí a également été un novateur dans le domaine des techniques artisanales, inventant de nouvelles solutions techniques et décoratives avec les matériaux qu’il utilisait, comme sa conception des placages de céramique faits de morceaux cassés (trencadís). Mais son travail va bien au-delà de ses oeuvres les plus célèbres, il a également construit des édifices religieux, des zones résidentielles et des maisons pour des particuliers, ainsi que d’autres ouvrages plus petits. Il maîtrisait lui-même plusieurs techniques à la perfection : la céramique, la verrerie, la ferronnerie, la charpente… c’était un touche à tout. Il dessinait les plans de bâtiments ou d’espaces publics comme il réalisait les schémas d’objets de la vie courante. Pendant sa carrière, il a développé une vision de l’architecture qui ne se résume pas à construire des murs et y poser un toit. Pour Gaudí, l’aménagement intérieur est forcément lié à la construction extérieure. L’un ne va pas sans l’autre. Il fait appel à des artisans catalans qui créeront meubles, pièces d’horlogerie, vaisselle, éléments de plomberie ou de menuiserie… imaginés et dessinés par lui. Son œuvre fut très critiquée par nombre de ses contemporains. ll avait cependant des soutiens, qui furent en majorité ses propres clients, ainsi que le monde ecclésiastique et la bourgeoisie industrielle catalane. L’artiste est tombé dans l’oubli au début du XXe siècle. Le projet le plus fou de Gaudí est, assurément, le temple expiatoire de la Sagrada Família . Débutée en 1882, par un autre architecte, la cathédrale est récupérée par Gaudí l’année suivante. Il imagine alors un édifice religieux à ciel ouvert – afin d’être plus proche de Dieu – fait de 18 tours (une pour chacun des 12 apôtres, quatre pour les évangiles, une pour la Vierge et la plus haute, qui culmine à 170 mètres, pour symboliser le Christ) et de quatre façades dédiées à des scènes précises de la Bible comme la Nativité ou la Passion… en mélangeant divers styles : le gothique pour rappeler le temps des cathédrales, le romantique espagnol auxquels il ajoute des éléments cubistes et surréalistes. Arrêtée depuis la pandémie en mars dernier, les travaux de la Sagrada Família ont repris en janvier 2021 avec pour objectif de terminer l’édifice en 2026. Et pour la petite histoire, une entreprise familiale de la région grenobloise a été choisie pour fabriquer la pointe des flèches.

J’ai eu la chance de me rendre plusieurs fois à Barcelone et de pouvoir admirer le travail de Gaudí. Je vous conseille d’aller flâner au Parc Güell, plus de 17 hectares remplis de formes ondulées, de colonnes ressemblant à des arbres, de sculptures d’animaux, de mosaïques. Dans l’enceinte du parc se trouve la Maison Musée Gaudí, dans laquelle a résidé l’architecte entre 1906 et 1925. Un lieu magique et singulier que je trouve incontournable. Si vous n’avez pas le temps de visiter toutes les « maisons », il faut au moins passer devant, elles sont splendides (Casa Batlló et Casa Milà, ou la Pedrera). J’ai beaucoup aimé la Casa Batlló, l’intérieur est à la hauteur de ses façades. Arriver à un tel degré de sophistication et d’esthétique en 1904 est très impressionnant. D’autres œuvres sont plus cachées et plus oubliées (et ne figurent pas toujours dans les guides) : on trouve par exemple la la Casa Vicens qui se visite depuis 2017 (et que je prévois d’aller voir sur un W.E. à l’occasion), les écuries de la Finca Güell, la Pergola de Pedralbes et la fontaine d’Hercule situées dans les jardins du Palais Royal, le Collège des Teresianes, la Casa Calvet… de belles constructions qu’il est dommage de négliger. Pour moi son travail est assez éloigné des conceptions que l’on a souvent de l’architecture. Ses constructions sont toutes en rondeurs et en couleurs et les mosaïques s’étendent un peu partout. Tout est à la frontière entre le réel et l’expression de l’imaginaire… tout ce que j’aime !

La Casa Batlló
Le Collège des Teresianes
La Casa Milà
La Sagrada Família
Le Parc Güell

Joyeuses Pâques

Nous étions confinés pour le premier Pâques de notre fils et nous avons eu peur avec mon mari de l’être à nouveau pour le second. Heureusement, nous avons pu nous déplacer et aller le fêter en Auvergne avec mes parents, grands-parents et ma tante. Les 4 premiers étant vaccinés, nous étions aussi beaucoup plus sereins. La semaine des mauvaises nouvelles étant tombée juste avant, nous avions besoin de changer d’air, de faire cette petite coupure et de voir nos proches. Nous avons en plus eu la chance d’avoir un temps splendide. Autant vous dire que notre fils a passé son temps dans le jardin de mes grands-parents, entre le ballon, le chiot de mes parents, les oeufs et les cadeaux à chercher, il a pris des couleurs ! Sa petite bouille arrive à faire fondre tout le monde, visiblement ses yeux sont un atout de charme (les mamans du parc viennent le confirmer) et sa petite tête chevelue passionne. Il faut avouer qu’il sait y faire aussi en faisant « au revoir » avec la main, en partageant ses gâteaux et jouets, en faisant des câlins, en courant vers les uns et les autres pour être pris dans les bras, en applaudissant joyeusement, en faisant le clown et en rigolant de bon coeur ! Il a été bien chouchouté et gâté une fois encore. Nous avions demandé peu de chocolat pour lui car il est encore petit et il en mange rarement. Il en a donc reçu un peu mais également des livres et pas mal d’habits pour l’été car « bah oui il va bien falloir qu’il s’habille ce petit prince »… bon pour le coup cela est utile car effectivement il ne risque pas de rentrer à nouveau dans ses shorts, t-shirts, polos… de l’an dernier. Bébé a bien grandi depuis ! En tout cas c’était un grand plaisir de le voir chercher et ramener ses petits paquets, mais surtout de le voir s’amuser avec ma famille. Je sais que je suis chanceuse d’avoir des grands-parents bien portants qui peuvent jouer avec lui à même le sol, le porter, lui courir derrière… ils profitent de chaque seconde avec lui. J’espère que cela va encore durer de nombreuses années. Depuis toute petite, pour moi, Pâques rime avec déjeuner en famille et chasse aux œufs. Tout le monde redevient un enfant, les plus grands aidant les plus petits. Ma fête tombant souvent au moment de Pâques, nous profitons d’être tous réunis pour la célébrer. Un moment joyeux et festif dans ce mois d’avril que j’espère pouvoir transmettre à notre fils. Avant de rentrer chez nous, ma grand-mère nous donne depuis toujours un petit bouquet de laurier qu’elle a été faire bénir à l’église. Je le conserve précieusement jusqu’à celui de l’année d’après. Des souvenirs de famille heureux et surtout précieux. Une belle parenthèse dans cette période troublée.

Notre fils en pleine chasse !

Activités manuelles faciles et rapides

Comme la plupart des mamans, je cherche toujours de nouvelles activités manuelles à proposer à mon fils afin qu’il puisse agir sur la matière en se servant d’outils pour créer ou fabriquer, cultiver sa créativité, développer son imagination, développer sa motricité fine, améliorer sa concentration… mais surtout prendre du plaisir tous les 2 et partager ces moments. La nounou réalise beaucoup d’activités avec lui, mais j’ai aussi envie d’en profiter et de le voir s’émerveiller. Je veux m’investir pour lui et ne pas être seulement une maman qui donne à manger, habille, soigne les bobos et raconte une histoire. Certes la nounou (ou la crèche ou l’école) sont aussi là pour ça mais je trouve vraiment cela dommage de passer à côté de ces moments de complicité et de découverte. Parfois mon fils a besoin d’être seul, d’aller dans sa chambre pour regarder ses livres ou jouer avec ses petites voitures, parfois il faut que je sois au plus proche de lui pour qu’il puisse jouer sur mes genoux, parfois encore il a besoin de prendre l’air, de courir dans un parc, de toucher les fleurs, d’aller voir les autres enfants… il faut s’adapter, réussir à voir ce qu’il veut suivant son comportement et essayer de répondre à ses attentes. Pas toujours facile, pas toujours le temps, pas toujours l’envie, mais il faut profiter, cela passe si vite et ces moments ne reviendront pas avec le temps. J’en profite donc pour vous présenter des petites activités simples à réaliser chez vous :

  • Les peintures avec les pieds et les mains de bébé. Pour le coup il faut simplement une feuille blanche et de l’encre. Pour les idées, vous pouvez en trouver des milliers sur internet. Avec mon mari nous avons commencé un classeur avec les peintures de notre fils depuis qu’il est tout petit, c’est amusant de (re)voir la taille de ses pieds et mains au tout début. Maintenant, bébé veut participer, je le laisse souvent jouer avec les tampons, faire son petit bazar sur des feuilles et de temps en temps je lui demande de la concentration pour faire une peinture précise. Il change alors totalement d’expression ce qui m’amuse beaucoup, comme si les choses devenaient sérieuses, et regarde précisément ce que je fais avec sa main. Dernièrement nous avons réalisé des peintures pour la famille pour Pâques. A part un peu de temps, cela ne coûte rien et fait toujours plaisir. Les poules sont réalisées avec sa main et les poussins avec uniquement son pouce. Notre fils a aussi collé les oeufs et pour le reste maman a ajouté un peu de déco 😉
En exclusivité !!

  • Le bac sensoriel ou bac à patouille ! Là encore une activité qui demande peu d’ingrédients, peu d’instruments, peu de temps… et qui procure un vrai plaisir chez bébé ! Pour réaliser votre bac en gel, vous aurez besoin de seulement 1L d’eau et 6 gr d’agar-agar. Vous pouvez rajouter du colorant alimentaire pour ajouter de la couleur et des objets plaisant à votre enfant (des animaux, coquillages, du bois, des fleurs, des bouchons, des pompons…). La première fois j’ai fais simple, je ne savais pas si notre fils allait accepter de mettre les mains dedans. J’ai juste rempli un plat avec du gel et je lui ai donné un gros bouchon de lait. Au début, il n’osait pas toucher, je lui ai montré qu’on pouvait découper des ronds avec le bouchon et toucher la gelée et là… l’éclate ! Je l’ai entendu rire aux éclats pendant de longues minutes. Depuis je fais des bacs à thèmes, avec des couleurs, cela peut aussi permettre de lui apprendre des choses en plus de patouiller. Un conseil, glissez une nappe sous le bac car vous risquez d’en avoir partout !

  • Le loto des odeurs, là encore très facile à mettre en place. J’ai commencé simplement avec des boîtes à thé. Il faut juste que bébé essaye de sentir les choses (notre fils a commencé avec les cailloux et les fleurs du parc). Vous pouvez ensuite utiliser des flacons à odeur, des pots bien lavés, des capsules usagées de machine à café bien lavées… et des produits odorants : épices, pétales, café, chocolat en poudre, poivre, cannelle, lavande, ciboulette du jardin, thym, menthe, curry, vinaigre, clou de girofle… j’adore le voir faire la grimace sur certaines odeurs mais y revenir parfois genre « humm j’aime pas mais en fait j’aime bien ». Nous échangeons de beaux regards complices et nous rigolons bien.

  • Peinture avec du papier bulle. Pour le matériel, du papier bulle, de la peinture et des feuilles pour un petit, vous pouvez ensuite décliner l’activité avec des enfants plus grands en rajoutant des collages, des petits objets… J’ai commencé par réaliser des chaussons avec du papier à bulle, une activité salissante mais très amusante. J’ai versé la peinture dans des assiettes et pour les premiers pas, j’ai soutenu mon fils en lui donnant la main car cela glisse un peu (il faut penser à bien scotcher les feuilles sur le sol). Au début, il n’osait pas trop marcher, il écoutait les bulles qui éclatent en marchant en montrant du doigt ses pieds. Puis il a réussi à se détendre et le bruit et les traces l’ont bien fait rire.

  • La peinture glacée. Vous allez me dire « encore de la peinture », oui j’avoue, mais cela reste aussi le plus simple à réaliser, un bac à glaçons, de la peinture et le tour est joué ! Au début bébé a sans doute pensé à une mauvaise blague  » c’est froiiid » mais ensuite « ho ça glisse et laisse une marque sur la feuille ». Je ne sais pas ce qui est le plus drôle, toucher le glaçon froid ou dessiner avec. Dans tous les cas, un chouette moment en perspective ! Vous pouvez ajouter des bâtons en bois pour que bébé dessine comme avec un crayon et que cela soit moins froid.

  • Il existe de nombreuses activités avec des boîtes à oeufs mais pour le moment, mon fils est un peu jeune pour la plupart. Au début j’ai utilisé la boîte pour qu’il mette dedans des cailloux et bouchons. Maintenant, je l’utilise pour le tri des couleurs. Il suffit de peindre le fond avec une couleur et de lui donner une balle (ou un autre objet) de la même couleur. Bon pour le moment, nous tâtonnons encore pas mal mais dans tous les cas, il aime déposer les balles dedans et faire ses petites affaires.

  • Enfin, le tri d’animaux. Rien de plus simple, vous pouvez imprimer des cartes sur internet avec les différents animaux et utiliser les jouets de votre enfant. Vous pouvez faire des thèmes « animaux de la mer », « oiseaux », « animaux de la jungle », « animaux sachant nager »… Mon fils a commencé chez la nounou avec les animaux de la ferme. Au début il n’a pas bien compris le principe mais aidé d’un autre petit garçon de 18 mois, il a réussi de mieux en mieux à appréhender l’exercice. Chez moi, nous avons testé avec les animaux de la savane : girafe, éléphant, zèbre, lion, léopard, gorille… cela fonctionne aussi. Un petit jeu très simple à mettre en place.

Bref, des petites idées à faire chez vous qui ont bien fonctionné chez moi avec mon fils actuellement âgé de 14 mois et demi (certaines activités ont commencé bien avant). Il en existe beaucoup d’autres que je n’ai pas encore eu l’occasion de tester où dont je n’ai pas parlé pour le moment. Pour le coup internet est une mine d’or pour trouver des idées. Le plus important : faites-lui plaisir, faites-vous plaisir et regardez votre tout petit s’amuser !

Découvertes du mois de mars

Un mois de mars qui est encore passé bien vite avec les 15 jours de congés de mon mari. Nous en avons profité pour partir quelques jours à Saint-Malo, un bon bol d’air marin pour oxygéner les esprits, Il n’y a vraiment rien de tel ! Voici donc les découvertes du mois :

Livre : Trilogie de la Poussière – Tome 2 : La communauté des esprits

Dans ce deuxième tome de la Trilogie de la Poussière, Lyra a vingt ans. La jeune fille, toujours accompagnée de son daemon Pantalaimon, essaye de trouver sa place dans un monde qui lui échappe. Il est ici question de recherche d’identité, de dépression, de géopolitique, mais aussi de solidarité. Ce roman est plus sombre que les autres, l’auteur critique un univers purement rationaliste qui oublie l’importance de l’imaginaire et du monde des histoires. Le livre évoque la manière dont les comportements en Occident ont des conséquences sur des territoires qui nous paraissent éloignés. Ici, une chose rare (les roses et la Poussière) est issue d’une terre lointaine, (terre ressemblant beaucoup à la Syrie actuelle) qui entraîne des guerres et des comportements terroristes. C’est cette face du monde que va découvrir Lyra, en s’ouvrant à l’extérieur bien malgré elle. Le livre a reçu un accueil mitigé, et je peux parfaitement le comprendre. La magie n’est plus aussi importante que dans les autres romans et la complexité du récit peut rebuter les amateurs. L’auteur reste fidèle à lui-même, on retrouve son combat contre l’autorité religieuse, au coeur du monde de Lyra depuis les premiers romans et la tyrannie qu’exerce ici le Magisterium. Un tome un peu en dessous des précédents, un peu moins léger et fantastique mais que j’ai pris plaisir à lire.

Série : Dark

Une série fantastique allemande qui n’avait rien pour me plaire : un générique d’introduction flippant, des disparitions, un suicide, une galerie de personnages regroupés par familles, des voyages dans le temps et des couloirs temporels… et pourtant un énorme coup de coeur, une petite pépite ! Nous avons enchaîné les 2 premières saisons. Très difficile d’évoquer Dark sans révéler en partie son intrigue qui débute banalement : A Winden, une petite ville perdue en pleine forêt et dominée par une imposante centrale nucléaire, un adolescent disparaît. Puis un enfant. Or un événement de même nature avait déjà eu lieu dans la région, trente-trois ans plus tôt. Le cœur du mystère semble se trouver dans une inquiétante grotte…Au départ, on pense regarder un thriller, puis une série horrifique ou alors une histoire de science-fiction… en fait vous regardez les 3 ! La série multiplie les pistes narratives, déstabilise, manque parfois de nous égarer, mais nous éclaire toujours à temps. Je ne vais pas risquer de vous spoiler mais cette série est juste grandiose ! Nous avons hâte de commencer la saison 3 pour découvrir le final imaginé.

PS: si vous voulez regarder des images sur internet, ne regardez pas les arbres généalogiques, ils sont là pour vous aider éventuellement à la fin d’une saison.

Film : La mauvaise éducation

Rien ne vaut un bon petit Pedro Almodóvar de temps en temps. Ce film n’est pas récent (2004) mais j’ai aimé le redécouvrir. Un synopsis digne du réalisateur : Deux garçons, Ignacio et Enrique, découvrent l’amour, le cinéma et la peur dans une école religieuse au début des années 60. Le père Manolo, directeur de l’institution et professeur de littérature, est témoin et acteur de ces premières découvertes. Les trois personnages se reverront à la fin des années 70 et en 1980. Les héros aux personnalités multiples évoluent dans un structure narrative complexe, ils se cherchent une identité dans l’espoir de retrouver ou de ressentir un bonheur depuis longtemps perdu ou du moins son souvenir. Un film noir, un thriller machiavélique dont le scénario s’articule autour de plusieurs thèmes tabous : la religion, la pédophilie des prêtres, l’homosexualité au masculin, les travestis… rien que ça ! Les rebondissements sont nombreux dans l’intrigue mais le film tire vraiment trop en longueur ce qui est un peu dommage car les acteurs sont excellents.

Trouvaille : Jeu Arcadia Quest: Inferno

Bon j’avoue, j’adore les jeux de société avec des figurines donc forcément quand j’ai vu sur un site de ventes de marques à prix discount la boîte contenant 36 figurines à 20e au lieu de 90e, je n’ai pas hésité longtemps ! Et franchement je n’ai aucun regret. Les joueurs doivent créer leurs guildes en choisissant 3 Héros parmi les 12 disponibles, dont chacun possède ses propres capacités uniques. Au fur et à mesure qu’ils progressent dans les différentes épreuves de la campagne et se fraient un chemin face aux démons d’Inferno, leurs Héros gagnent de nouvelles armes, capacités et objets magiques. Les monstres ne se laissent pas combattre facilement, ils ripostent à chaque fois (ou presque) et sont difficiles à combattre et en plus vous devrez aussi vous mesurer aux autres joueurs. Les figurines sont de qualité et le plateau est sympa. Pour le moment nous avons testé uniquement à 2 mais nous avons hâte d’y jouer à 4.

Envie du moment : Vélo en famille

Avec le retour des beaux jours, nous avons acheté un porte bébé vélo pour emmener notre fils avec nous en balade (ou chez les amis !). De chez nous il est très facile de rejoindre les bords de la Loire et de suivre les sentiers pour vélos et piétons. Nous allons pouvoir retourner à la Réserve Naturelle Nationale de Saint-Mesmin, à la Pointe de Courpain, au Parc naturel départemental des courtils des Mauves… ou de l’autre côté à l’Ile Charlemagne, Combleux… cela va faire du bien après les mois difficiles que nous avons tous eu de profiter de la nature, prendre son temps, pique-niquer au grand air et changer des endroits habituels… le tout sans prendre la voiture ! Il en a de la chance ce bébé solo (pour le moment !).

J’espère que ce nouveau mois vous a plu et vous a donné des idées. Rendez-vous en avril !

Recette Okayu

Pour noël, mes parents ont offert comme petit cadeau surprise le livre les recettes des films du studio Ghibli à mon mari qui affectionne leurs longs-métrages et… la cuisine japonaise 😉 Nous avons donc eu l’idée pour la fête des grands-mères de réaliser un plat du livre. Mes parents ne connaissant que très mal les plats typiques japonais, nous n’avons pas voulu non plus faire quelque chose de trop « exotique ». Notre choix s’est porté sur la recette de l’okayu que nous avons transformé en entrée. Très simple et rapide à réaliser, cela permet de varier un peu les menus. Pour la petite histoire, cette bouillie est généralement donnée aux enfants ou aux gens malades, on lui prête des vertus curatives, notamment pour les maux d’estomac. Elle peut-être épaissie avec des oeufs et accompagnée de saumon, de prunes séchées et de ciboulette.

Voici donc la recette pour 2 personnes (pour un plat)

Ingrédients:

  • 4 oeufs
  • 1 cuillère à soupe de poudre de poulet (nous avons simplement acheté un filet de poulet que nous avons mixé)
  • 2 cuillères à café de fécule de maïs (type Maizena)
  • 1 cuillère à soupe de pâte de soja (elle peut-être remplacée par de la sauce soja)
  • 60 gr de riz jasmin
  • 3 tiges de coriandre
  • 1 pincée de poivre
  • 1 pincée d’oignon frit

Recette:

Faites bouillir 1L d’eau dans une casserole. En attendant, faites chauffer une poêle et préparez une omelette avec un oeuf. Au bout de 2-3 mins à feu vif, sortez-la de la poêle et coupez-la en lamelles.

Quand l’eau bout, ajoutez la poudre de poulet, la fécule de maïs préalablement diluée, les 3 oeufs battus et la pâte de soja, à bien découper afin qu’elle fonde efficacement.

Dans une autre casserole, faites cuire le riz pendant 15 mins. Lorsqu’il est prêt, versez-le dans le bouillon et laissez mijoter un peu jusqu’à obtenir une sorte de porridge.

Versez le bouillon dans un bol. Disposez les lamelles d’omelette et parsemez de coriandre, de poivre et d’oignon frit.

Une petite entrée très légère, rapide à exécuter et qui sera se faire apprécier.

Ma sélection jeunesse

La bibliothèque de notre fils est déjà bien remplie pour son jeune âge. Et pourtant, nous craquons souvent pour de nouveaux albums.Voici donc ici quelques idées de livres pour vos enfants ou à offrir. Pas facile de faire une sélection, vous avez bien failli vous retrouver avec 50 idées !! Il y a de grands classiques que je n’ai pas fais figurer volontairement (peut-être dans un prochain article). Les enfants étant tous différents, ces livres peuvent ne pas plaire aux vôtres. Nous avons beaucoup d’ouvrages avec des animaux, notre fils adore les chiens et les chats de nos amis, aller voir les moutons avec la nounou, toucher les ânes, les chevaux… quand nous allons nous promener donc il est toujours très heureux de les retrouver dans un livre (vivement que nous puissions l’emmener au zoo !).

Livres à manipuler :

L’un des premiers livres de notre fils dont il a parcouru les pages encore, encore et encore ! Je peux vous dire que je suis devenue une experte en grognement et miaulement, l’ours et le chat étant ses deux animaux préférés dans le livre. Une promenade dans la nature avec des flaps en feutrine à soulever, solide et facile à manipuler pour les enfants. Vous pouvez trouver aussi « cache-cache des grosses bêtes » et « cache-cache des petites bêtes » exactement sur le même principe. Mon fils a les 3 et encore maintenant il aime beaucoup les regarder et aller directement chercher dans les pages ses animaux préférés.

Plusieurs de mes amies mamans m’ont conseillé les livres sonores des éditions Gründ et de Gallimard jeunesse. Notre fils adore, tout simplement. Nous avons commencé quand il était petit par des classiques La ferme, Mes animaux, Les instruments, Tut, tuut… mais ses deux favoris sont pour le moment Mes premières comptines et Mes premiers aires de comédies musicales. Il aime beaucoup danser dessus.

Un beau livre cartonné, illustré avec des chemins en creux à suivre du doigt et des trous par lesquels regarder et de jolis sons à écouter. L’hiver en fête est un livre dont il ne se lasse pas. Notre fils apprécie notamment les pages avec la chorale et les cloches de l’église.

Un livre qui prend de la place car il est vraiment grand : Mon tres grand livre d’eveil – les saisons. Il permet de découvrir les animaux et les saisons, avec des matières à toucher et des volets à soulever. Je pense que notre fils est tout autant amusé de pouvoir s’assoir sur le livre que de toucher les animaux.

Bon pas de doute, c’est bien un garçon ! Maintenant qu’il se promène dans la rue avec nous, il faut s’arrêter regarder les motos et les vélos, ses 2 passions du moment ! Autant vous dire que ses arrière-grands-parents ont tapé dans le mille en lui offrant le livre sonore Je decouvre les transports. Maintenant il grogne pour imiter la moto et dit « pin-pon » sur la page des pompiers.

Les premiers imagiers Kididoc sont assez sympas, pas toujours faciles à manipuler (cela dépend si votre enfant arrive à tirer, pousser les languettes) mais dans tous les cas bébé aime regarder les images. Nous en avons plusieurs styles : Mon imagier des animaux familiers, Mon imagier des contraires, Mon imagier des petites bêtes, Mon imagier de la mer

Albums et beaux livres :

Le parrain de notre fils lui a pris un abonnement à l’école des loisirs. Nous recevons donc chaque mois de beaux albums, dans des styles très différents. Pour le moment nous n’avons pas encore présenté tous les livres à notre fils, il faut garder des surprises ! En tout cas il aime beaucoup Qui est le plus mignon ? qui est composé de dessins tout ronds, tout mignons. Etant un grand amoureux des animaux, il est comblé.

Notre fils a découvert chez la nounou les livres Lou et mouf qu’il semble beaucoup apprécier. Son préféré semble être Lou et mouf l’heure du bain. Les pages peuvent se déplier ou s’ouvrir.

Un livre dont j’aime beaucoup les illustrations Les mots doux. De la douceur pour expliquer les émotions et la manière de les verbaliser. Une belle histoire, courte à lire et très jolie.

Un livre que notre fils réclame souvent Dix petits bisous. Apprendre à compter en se faisant des bisous, je ne peux que valider son choix !

Un livre que nous aimons regarder et lire en fin de journée, un livre que j’ai beaucoup offert mais qui semble plaire à tous les âges ! Oh, j’ai perdu mon nom ! est aussi sympa à personnaliser qu’à lire à vos enfants.

Notre fils adorant les ours (et aussi les lions et les escargots !) autant vous dire qu’il aime beaucoup ce livre qui est drôle même si pour le moment il ne peut pas vraiment comprendre le sens profond de l’histoire.

Et enfin Croc-croque qui est un crocodile qui aime poser des questions. Notre fils attend surtout la dernière page qui réserve une surprise. Un livre très court à lire mais qui l’amuse beaucoup.

Voilà pour cette première sélection. J’espère qu’elle pourra vous inspirer. Notre nounou étant une ancienne prof de français, fan des salons du livre jeunesse, je peux vous dire que notre fils est entouré de livres et qu’elle nous conseille souvent de chouettes albums aussi bien pour lui… que pour nous !

Découvertes du mois de février

Encore un mois qui est passé à vive allure. Les W.E avec la famille et les amis, les semaines bien remplies, les promenades dans la neige et le retour du soleil. Je n’ai encore pas pris le temps de lire, j’ai eu pas mal le nez dehors. Voici donc les découvertes du mois, bonne lecture :

Série : La Chronique des Bridgerton

Un croisement réussi entre les romans de Jane Austen et la série Gossip Girl. Ici, Lady Whistledown est notre Gossip Girl à nous, une personne mystérieuse qui publie un journal de potins dont s’abreuvent tous les membres de l’aristocratie britannique, dans cette Angleterre pré-victorienne du début du 19e siècle. On suit la veuve et les 8 enfants du Vicomte Bridgerton, récemment décédé, et leurs tribulations à la cour de Londres. Daphné est en âge de se trouver un mari et de courir les bals. Il faut dire qu’en 1815, peu d’autres perspectives existent pour les femmes : elles doivent être mariées avant vingt-cinq ans au risque de se retrouver vieilles filles…Daphné doit donc trouver un bon parti pour sauver sa famille et assurer de futurs candidats aux rangs favorables pour ses sœurs. Cette série est un divertissement agréable reprenant les codes des comédies romantiques et des séries pour ados. Les intrigues sont assez superficielles mais agréables à regarder, le cliché autour d’un couple d’« enemies to lovers » se voit à des kilomètres à la ronde, la question raciale n’est pas du tout abordée (la société dans laquelle évoluent les personnages semble être dénuée de tout racisme), les personnes les plus belles sont les plus intéressantes / les gens laids sont méchants / les gens gros sont adorables / les jeunes beaux font l’amour à plusieurs… un peu too much et pourtant… les magnifiques décors, les riches costumes colorés, les musiques, le beau Duc de Hastings, font passer un bon moment, léger et fleur bleue.

Film : Enola Holmes

Gros échec avec mon mari car nous pensions commencer une nouvelle série ! Du coup l’épisode 1 nous a semblé très long… comme il s’agit en réalité d’un film :p Enola Holmes se déroule en 1880 et met en scène la cadette rebelle de la famille alors qu’elle n’a que seize ans. Sa mère vient de disparaître et ses deux frères, Mycroft et Sherlock souhaitent l’envoyer en pension pour la transformer en Lady digne de ce nom. Hors de question pour Enola qui en plus trouve des messages cryptés de sa mère. On assiste plus à une aventure qu’à une investigation proprement dite, les scènes d’action ne sont pas époustouflantes mais elles se laissent regarder. L’actrice Millie Bobby Brown (que j’aime beaucoup dans la série Stranger Things) prend dès le début l’habitude de s’adresser au spectateur en fixant la caméra. L’atout majeur de ce film est la proximité avec le spectateur et l’humour marqué et bien dosé. On peut aussi souligner le discours plutôt malin sur la place des femmes au sein de la société victorienne. Le film se laisse apprécier et regarder sans la prétention de devenir un blockbuster, je pense qu’il s’adresse plus à un jeune public (Il n’empêche qu’on peut y trouver un certain plaisir hein !). Une comédie charmante et réussie, parfaite pour une soirée cocooning.

Trouvaille : Les silhouettes de Madame Dé

Une jolie idée cadeau ! La silhouette de votre enfant en fil de fer avec une lettre (ou pas) pour venir décorer sa chambre. Vous pouvez aussi découvrir sur son site des anges, des vierges, des baigneuses, des hirondelles, des oiseaux, des crèches… il y en a vraiment pour tous les goûts. Je pense me laisser séduire pour moi mais aussi pour offrir. Je vous laisse faire un tour sur le site : https://madamede.bigcartel.com/products

Envie du moment : Saint-Malo

Avec mon mari nous venons de réserver quelques jours à St Malo, du 9 au 12 mars (hors vacances scolaires donc prix divisé par 2 !) dans une petite maison. Nous y sommes allés en avril 2018 et nous avions fais de belles promenades / randos que nous espérons refaire avec bébé (et des nouvelles !). Ne sachant pas si le couvre-feu sera maintenu ou non, nous avons loué avec un petit jardin comme ça, s’il fait beau, notre fils pourra jouer dedans en fin de journée pendant que papa et maman prennent l’apéro 😉 Nous n’allons malheureusement pas pouvoir retourner dans nos bons petits restos (sauf si à emporter) mais nous allons au moins pouvoir profiter du bon air marin, de la plage et des balades.

Un mois de février avec, sans le vouloir, à l’honneur le 19e siècle. Un mois tout en douceur. Rendez-vous en mars.

Street art animalier

Envie aujourd’hui de vous parler de 3 street-artistes connus dans le domaine animalier aux univers très différents.

  • Le premier se nomme Ardif et propose un univers unique, mi-animal mi-mécanique. Nous avons eu la chance à Orléans d’avoir des « mechanimals » à plusieurs endroits de la ville. Ardif est un street-artiste français basé à Paris. Il utilise sa formation d’architecte pour donner vie à ses créations, mi animales, mi machines. Il trouve ses inspirations à travers la pop culture, les œuvres cinématographiques de Miyazaki, Star Wars, Schuiten, Mœbius…. Ses constructions architecturales sont de style Steampunk. Ardif prépare ses dessins en amont, qu’il colle ensuite sur les murs. La composition de chaque dessin est minutieuse et très détaillée. A travers ses œuvres, il raconte le rapport de l’homme avec l’innovation et la nature. Au travers de son art, il réalise un bestiaire géant rendant ainsi hommage à la zoologie et au graphisme.
  • Philippe Baudelocque est diplômé des Arts Décoratifs de Paris et débute en 2009 sa série « Cosmic Animals » qu’il réalise dans la rue… à la craie blanche ! A première vue, les animaux dessinés par Philippe Baudelocque ne semblent pas avoir de particularité, mais à y regarder de plus près, ils sont très sophistiqués. Une multitude de détails compose chacun de ses animaux et pour cause, l’animal est décomposé en cellules. A chaque cellule est associé un motif. Ces ensembles forment des sortes de constellations qui donnent corps à l’animal. Le fil conducteur de son travail artistique est la richesse des détails qui mettent en valeur les contrastes de blanc et de gris. Il aime les lieux oubliés, calmes et silencieux pour ses oeuvres. J’apprécie sa manière de définir son travail : « « Je veux m’adresser à tout le monde et procurer des émotions simples. Avec les étoiles, c’est facile. Elles évoquent l’immensité, l’ouverture, l’infini. Quant aux animaux, ils sont identifiables par n’importe qui, que l’on vive au Mexique, en Chine ou dans le fin fond du désert. Et ils ne demandent jamais rien. Associés, ces domaines incarnent plus que jamais l’universalité que je cherche à exprimer. »
  • Pantonio est un street-artiste portugais né sur l’île de Terceira aux Açores. Il est depuis toujours influencé par le fleuve Tage qui traverse le Portugal. Il crée au pinceau des personnages, des animaux fantastiques, des lapins, des poissons, des tortues, toujours en mouvement. Il maîtrise l’art de l’ondulation, du mouvement et de la mise en relief en dessin. On se sent emporté par les vagues artistiques. Les formes sont souples, simples, poétiques et sont comme une danse urbaine. En 2014, il peint la plus grande fresque d’Europe au coeur de Paris, sur la Tour Sienne, place de Vénétie, dans le 13è arrondissement. 66 mètres de haut, 15 mètres de large pour un mois de travail.

L’animal est universel, il accompagne l’homme dans la compréhension du monde et de sa propre identité. Les animaux permettent d’apprivoiser la ville, ils sont porteurs de messages écologiques, d’une envie de partage, de choquer, de questionner et de rêver. Voici donc 3 artistes que j’affectionne particulièrement, avec des styles très opposés, qui j’espère vont vous donner envie d’aller voir leur travail.

Panier pour voyager

Pour noël j’ai eu une panne d’inspiration pour les cadeaux de mon mari. Il faut dire que la plupart de mes idées ont été utilisées lors de son anniversaire surprise pour ses 30 ans. Du coup maintenant, difficile de trouver des idées originales. Et pour compliquer la chose, nous avons nos cadeaux pour notre noël en amoureux et les cadeaux pour le jour J. Et puis avec le covid exit les billets pour des spectacles, concerts, musées, les réservations pour un W.E. surprise à l’étranger… et pas de lèche-vitrine non plus. Et finalement, 1 mois et demi avant environ j’ai eu THE idée. Comme nous n’avons pas pu voyager en 2020, malheureusement (je ne parle pas des vacances en France que je ne considère pas comme un voyage), j’ai eu l’idée de lui faire un panier avec des cadeaux représentant tous nos voyages et lui faire deviner à l’ouverture le jour J. J’ai donc dressé la liste de nos voyages à l’étranger uniquement et j’ai cherché des cadeaux pouvant nous rappeler des souvenirs ou typiques de là bas. En 5 ans, nous avons déjà un palmarès sympathique. Mais entre les délais de la poste, le retard des livraisons, les réapprovisionnements… j’ai finalisé mon panier seulement quelques jours avant noël, donc petit stress. Voici mes idées par pays :

  • Pérou : Le plus simple dans mon esprit car j’avais reperé sur internet une boutique péruvienne faisant venir directement les produits de là bas. Du coup j’ai pris une bouteille de Pisco pour qu’on puisse refaire nos cocktails, le maïs chullpi grillé et salé au rocoto pour l’apéritif que nous mangions là bas et le verre à bière typique de Cuzco. Pour le coup facile et le colis est arrivé en avance à mon grand étonnement.
  • Amsterdam : Je ne voulais pas tomber dans la facilité et acheter des bières. Du coup je suis allée à notre fromagère du marché pour réserver son meilleur morceau de fromage du pays. Un délice !
  • Londres : Pour le coup j’avais plusieurs idées en tête, notamment un livre sur le street-art de là bas comme mon mari m’avait offert sur place un cours pour apprendre à en faire et une visite avec un guide pour découvrir les oeuvres d’un quartier. Mais je n’ai pas été séduite par la qualité des ouvrages que j’ai trouvé. J’ai ensuite pensé à lui offrir du thé mais soyons honnête, il en est beaucoup moins friand que moi. J’ai pensé pour rire à un souvenir à l’effigie de la famille royale mais après il faut le stocker. Du coup j’ai eu la révélation un matin en me disant « mais oui, Londres = Harry Potter ! » et j’ai pris une pop’ spéciale noël d’Harry Potter.
  • L’Irlande : Là encore l’idée simple était de prendre du whisky ou des bières mais je n’avais pas envie. Je me suis donc rendue au comptoir irlandais à Orléans. Pour le coup beaucoup de choix, j’avais flashé sur un polo pour monsieur mais malheureusement pas sa taille. J’ai donc opté pour une belle et grande écharpe en laine de là bas (tellement chaude la laine d’Irlande) et un paquet de chips goût Guinness pour la petite touche de fun.
  • Corfou : La tâche a commencé à se compliquer. J’ai pensé à la marmelade, liqueur ou gourmandises de kumquat mais nous n’étions pas fans. Puis j’ai revu notre petite promenade dans les rues et toutes les boutiques vendant des objets en bois d’olivier. Bingo. Comme mon mari venait de me parler de son enfance à jouer avec des toupies, j’ai trouvé un artisan qui propose de très nombreux modèles, classiques et originaux, et j’en ai commandé une en bois d’olivier donc.
  • Bruges : Bon là encore la bière était possible, surtout que nous avons visité là bas 2 brasseries, mais non, toujours pas ! J’avais ma petite idée toute simple en tête, des chocolats… Jeff de Bruges ! Les préférés de mon mari étant les cornets gianduja.
  • Montreux : Là encore j’avais mon idée. Nous sommes allés plusieurs jours à Montreux pour le Montreux Comedy Festival et nous y avons découvert de chouettes humoristes. J’ai donc acheté le DVD du spectacle de Jarry que nous devions aller voir à Orléans (merci covid…).
  • Slovénie : Alors là, la cata ! Nous y avons passé un excellent séjour, nos premières vacances en amoureux à l’étranger donc un excellent souvenir. Mais niveau cadeau typique… Il y a bien le miel et le sel mais nous avons encore ceux du Pérou. Il y a de nombreux objets traditionnels en bois mais doublon avec Corfou et la dentelle d’Idrija non merci ! Du coup j’ai un peu honte mais j’ai acheté un simple magnet du magnifique lac de Bled.
  • Sicile / Rome / Venise : A l’inverse, beaucoup d’idées pour l’Italie. Mon esprit s’est arrêté sur une machine à pâtes, un objet en verre de Murano, un Pinocchio en bois, du vin de Marsala, un four à pizzas, un objet en lave de l’Etna… et finalement j’ai pensé à… une sorbetière ! Cela pourra aussi ravir notre fils d’ici quelques temps. Et puis nous avons mangé les meilleures glaces du monde à Venise et Rome (tout simplement une tuerie). Nous en avons dégusté tous les jours.

Enfin, comme dernier cadeau, j’ai acheté le gros livre Le Routard « Voyages : Tout un monde à explorer » pour que nous puissions rêver de nos prochaines destinations. Un guide très complet, avec des thèmes comme : Quels sont les dix plus beaux treks du monde ? Où aller pour faire la fête en Europe ? Quels sont les road trip mythiques ? Quelles sont les grandes fêtes à ne pas manquer ? Comment s’y prendre pour faire du Woofing ? Quelles sont les plus belles plages du monde ?… des informations pratiques et complètes sur chaque lieu évoqué et de nombreuses photos, cartes et planisphères.

Mon mari était vraiment heureux d’ouvrir les paquets et d’essayer de deviner le pays / la ville. Nous avons pu ainsi nous remémorer de bons souvenirs. Par contre cette idée a forcément un prix qu’il faut estimer dès le début (achat, frais de port, déplacements…) car « ça, plus ça, plus ça… » on monte vite !! Vous pouvez aussi faire un panier en mode plus touriste/humour avec des mugs, des magnets, porte-clés, casquettes, T-shirts, badges… beaucoup plus simples à trouver ou avec des spécialités culinaires (j’ai hésité pour l’Italie à acheter plusieurs kgs de pâtes, riz à risotto…) ou encore avec des livres, des auteurs des différentes nationalités ou des livres parlant du pays en question. Sans le covid, je pense que j’aurais ajouté des cadeaux comme un bon pour un restaurant péruvien à Paris, des billets pour une exposition sur l’art italien, un spectacle d’humoriste, un match de rugby avec l’Irlande… mais je n’ai pas voulu prendre le risque. Une prochaine fois peut-être… pour fêter le retour aux sorties 😉

Le panier avec les cadeaux (la sorbetière à part ! )

Découvertes du mois de janvier

Un mois de janvier rythmé par les W.E d’anniversaire pour les 1 an de notre fils et les retrouvailles avec les amis. On en avait besoin et très envie. Un mois avec de jolies découvertes mais en revanche, pas le temps d’ouvrir un livre. Je vais me rattraper en février (je l’espère !).

Série : Vision d’Escaflowne

Cette année j’ai offert plusieurs cadeaux à mon mari pour noël dont un spécial retour dans sa jeunesse avec les DVD de la série Vision d’Escaflowne qu’il aimait beaucoup regarder. Honnêtement sur le moment je n’étais pas certaine d’accrocher du tout et finalement nous avons enchaîné les épisodes. La série date de 1996 et pourtant elle n’a rien à envier à certains mangas animés récents. Hitomi est une jeune lycéene passionnée par la course à pied qui se retrouve brutalement aspirée sur un autre monde. Elle tombe en pleine guerre et va faire notamment la rencontre du prince Van Fanel qui a perdu son pays et du chevalier Allen. Tous ensemble, ils vont combattre l’Empire Zaïbacher, au moyen de robots gigantesques et surtout grâce au légendaire Escaflowne, piloté par Van. Cette série comporte de nombreux rebondissements et peu de lenteurs, le nouveau monde que découvre Hitomi a une ambiance proprement fantastique, avec de mystérieux rayons de lumières, des dragons, les prédictions d’Hitomi (cartomancienne)… avec un soupçon de technologie. D’ailleurs la voyance et les tarots jouent un rôle déterminant dans la série car connaître l’avenir, c’est aussi souvent le changer. Cet animé contient une véritable histoire à la fois riche et intéressante accompagné par une super bande originale.

Film : Soul

Le film est sorti le 25 décembre 2020 et j’ai l’impression que tous nos proches l’ont regardé au vu des nombreux messages et avis sur les réseaux sociaux. Soul raconte l’histoire de Joe Gardner, professeur de musique afro-américain, à qui l’on offre l’exceptionnel privilège de rejoindre le quartet de Dorothea Williams, une saxophoniste respectée. Alors qu’il est sur le point de réaliser son rêve de toujours, Joe est victime d’un accident, et se réveille… dans l’Au-Delà, à la porte du Grand-Après. Le film mélange les croyances et concepts métaphysiques tout en proposant une quête drôle et dynamique, rythmée par une très bonne bande son. Le film porte une véritable réflexion sur la vie. Comme dans tout Pixar, il y a une double lecture très importante lors du visionnage, le sujet de la mort ici ne sera pas ressenti de la même manière par les enfants et les adultes. La réflexion que le film offre au sujet du sens véritable de la vie est extrêmement émouvante et nous confronte à notre propre existence et à ce que nous désirons vraiment au fond de nous. Est-on obligé d’accéder à nos rêves pour vivre heureux ? Néanmoins ce film me semble peu adapté à des enfants (rien à voir avec Vice Versa par exemple), là est d’ailleurs tout le débat. En tout cas je trouve que le scénario fonctionne vraiment bien et offre de l’humour, de la poésie, de la magie et du questionnement. Les lignes épurées du monde des âmes face à la reconstitution de New York est vraiment un très bon choix. A noter que le film fait partie de la Sélection Officielle Cannes 2020.

Trouvaille : Cadres d’angle

Une idée toute bête mais il fallait y penser. Le plus simple reste d’accrocher des cadres des 2 côtés d’un angle de maison, le résultat est souvent très chouette mais des boutiques proposent d’acheter directement des cadres d’angle. Pour le moment, il y en a peu sur le marché et le prix est relativement élevé, en revanche, vous pouvez trouver de nombreux tutos DIY pour les réaliser vous-mêmes. Une belle idée à réaliser.

Envie du moment : Lampe à suspension

Bon pour le moment il n’est pas question d’acheter une lampe à suspension pour le salon car nous avons le luminaire du propriétaire mais forcément comme nous envisageons d’acheter un jour, je regarde un peu la déco car j’aime les beaux ensembles, bien assortis. Et j’ai beaucoup aimé cette lampe chez une connaissance (bon dans l’ensemble chez elle la déco générale de toutes les pièces est top !) que j’imagine très bien dans un grand salon. Je pense qu’elle peut bien aller avec nos meubles de salle à manger (les meubles du salon seront à changer) et je trouve le rendu très sympa ici chez elle. J’ai regardé les prix, cela n’est pas excessif non plus et d’ici là, il y aura bien une petite promo… ou un autre coup de coeur :p

Voilà pour ce mois de janvier, j’espère qu’il vous aura inspiré un peu. Rendez-vous en février pour de nouvelles découvertes.