Motricité libre

La motricité libre, qu’est-ce que c’est ? Ce concept qui date des années 60 a été inventé par le Dr Emmi Pikler. Il consiste à laisser l’enfant libre de ses mouvements afin de lui permettre d’explorer son corps et de se développer en toute confiance. La motricité libre participe à la construction de l’estime de soi. L’enfant fait ses acquisitions de façon autonome il faut donc éviter de le contraindre dans une position dans laquelle il ne sait pas se mettre, ou en sortir, seul (comme avec le transat, le cale bébé, le trotteur, le parc…). Il faut laisser le bébé partir à l’aventure, tâtonner, se reposer puis retourner explorer, répéter une action ou un mouvement aussi longtemps qu’il en a besoin/envie, afin qu’il acquiert petit à petit. Chaque enfant doit pouvoir évoluer librement dans un cadre sécurisé, sans entrave ni stimulation excessive, l’adulte est présent pour l’accompagner verbalement : l’encourager, le regarder tendrement, lui donner confiance avec des paroles positives, le rassurer, lui installer des objets à disposition pour que l’enfant ait envie d’avancer. Sur le long terme, le bébé qui est libre de ses mouvements aura plus conscience de ses capacités et de ses incapacités, il va construire sa capacité à être bien dans son corps et à se relier aux autres à l’âge adulte et aura sûrement moins besoin de séances d’ostéopathie. Avec mon mari, nous avions à coeur de mettre en pratique la motricité libre. Nous avons décidé dès le début de ne pas lui acheter de parc ou de transat mais de l’installer sur le dos sur des tapis pour qu’il puisse se mouvoir et se déplacer ensuite en toute liberté. Attention, la motricité libre ne signifie pas laisser son bébé seul dans un coin sur son tapis pour aller cuisiner, jardiner, coudre ou prendre un bain ! Bien au contraire, cela demande d’être plus présents pour l’accompagner et lui porter un regard bienveillant. Il faut l’observer pour pouvoir adapter l’espace et les jouets à mettre à sa disposition en fonction de ses capacités du moment. Nous avions deux tapis. Le premier dans le salon avec quelques jouets en arc de cercle autour de lui. Au début, notre fils s’est beaucoup intéressé aux ombres, aux reflets de nos lampes sur les murs et le plafond, puis il a tendu la main pour voir danser la lumière dessus. Il a ensuite découvert seul les jouets autour de lui et a décidé petit à petit de les attraper pour, au fur et à mesure, se retourner. Nous lui avons acheté un portique d’activités vers 3 mois et demi, une belle découverte pour lui, mais il n’était pas installé en permanence. L’autre tapis était dans la chambre, coloré et marrant à regarder, 1 ou 2 jouets seulement mais surtout face à un grand miroir qui l’a plus que fasciné. Il en est d’ailleurs toujours fan à 10 mois et demi. Une fois qu’il a su bien se retourner et se déplacer, nous l’avons laissé explorer l’environnement qui l’entoure. Depuis quelques mois, il se met debout et cherche à marcher. Chaque meuble devient un support pour s’appuyer. Nous le laissons faire. Il prend confiance en lui et estime de mieux en mieux les distances, les obstacles à franchir. Nous lui avons acheté un trotteur avec des jeux dessus. Au début, il jouait assis et maintenant il va de lui même chercher le trotteur pour en faire dans le salon. Nous avons l’impression que cela renforce son équilibre. Nous avons hésité pour la marche en lui tenant les mains. Cela est souvent déconseillé mais comme notre fils réclamait (et réclame encore) de marcher avec nous, nous le faisons (tout ne s’apprend pas toujours dans les livres, l’instinct est important aussi). Il adore, cela semble le rassurer et après 2-3 tours avec maman, hop il se lâche pour essayer de marcher tout seul. Notre fils est donc depuis la naissance libre de ses mouvements. Il bouge, il explore, il touche plusieurs textures…, il progresse à son rythme. La plupart du temps il est en appartement mais nous lui avons aussi fais découvrir le sable et la pelouse (jardins des proches, parcs, pique-nique avec papa/maman). Nous l’encourageons et le rassurons quand il faut. Les bébés sont capables de trouver des stratégies ou de réclamer de l’aide quand ils en ont besoin, il faut aussi leur faire confiance. Bon parfois il y a un « boum » mais cela fait aussi partie de l’apprentissage. Je ne suis pas toujours rassurée de le voir se lâcher de la table basse au canapé par exemple et mon petit coeur de maman est serré quand il tombe mais il faut bien apprendre. Evidemment, nous lui mettons des limites et nous le prévenons des dangers. Nous l’avons également beaucoup laissé les pieds nus afin de prendre appui au sol plus facilement avec ses orteils. Bon en plein hiver cela reste compliqué donc nous avons opté pour des chaussons en cuir souple qui permettent de bien prendre appui au sol sans semelle rigide. Nous avons aussi limité la position assise avant qu’il ne puisse le faire par lui-même. Nous lui faisions prendre ses biberons et repas sur nous et une fois qu’il a réussi à s’assoir, nous l’avons installé sur une chaise haute. Après je ne vais pas vous mentir, nous avons aussi eu une balancelle où nous l’avons mis quand il était vraiment très petit, nous lui avons aussi sans doute donné trop de jouets à certains moments pour le stimuler et jouer avec lui et nous l’avons parfois assis pour prendre une photo. Nous sommes comme tout le monde. Je ne sais pas si cela est en lien avec son caractère ou cette méthode mais il est vrai que notre fils est très en avance niveau motricité. Après le biberon et le gros câlin du matin, il faut vite vite enlever la gigoteuse pour aller à 4 pattes dans la cuisine, voir la machine à laver, regarder par la fenêtre le moulin à vent que nous avons installé, ramper sous la table du salon, essayer de se lâcher entre la table basse et le canapé le tout en… papotant !! Parfois il m’épuise, il doit trop recharger les batteries la nuit ! Bref la motricité libre, un pas de plus pour le guider vers son autonomie que nous ne regrettons absolument pas.

Notre petit loulou de 9 mois a mis la main sur le chapeau de maman lors d’une « promenade » dans l’appartement
Notre fils à 4 mois. Quelques semaines après le miroir recevra des sourires et des petits doigts venant le toucher !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s