Mon Paris…

Pour commencer, je tiens à souhaiter une excellente année à tous, que celle-ci soit douce et remplie de jolies surprises. Et surtout, ne cessez jamais de rêver comme un enfant !

Pour ce premier article, j’ai décidé de vous présenter quelques endroits peu connus ou moins connus de tous sur Paris. J’ai eu la chance de vivre quelques années dans la Capitale et de pouvoir profiter d’une multitude d’activités, d’escapades le long des berges, sur les ponts, rive gauche ou rive droite, de spectacles, d’expositions… Il y a toujours quelque chose à voir, à faire, à découvrir et cela colle bien avec mon caractère. Je suis toujours surprise de rencontrer des gens habitant sur Paris depuis des années qui ne connaissent pas la plupart des endroits dont je parle. Et pourtant, je suis aussi de celle qui aime le Paris touristique, qui aime aller au Louvre, flâner au jardin du Luxembourg et faire son shopping au forum des Halles. Question de caractère me direz vous ? Sans doute, il est vrai que j’aime croquer la vie à pleines dents et tenter de nouvelles expériences, au pire on risque quoi ? Etre déçue ou au contraire passer un excellent moment. Bref, revenons à nos moutons :

Le musée des Arts forains : Le musée est proche du parc de Bercy et donc de Bercy village où il fait toujours bon flâner ou prendre un verre quand il fait beau. Il présente la seule exposition d’éléments d’art forain privée ouverte au public en France sur trois salles d’une superficie totale de 5 000 m2. On est tout de suite plongé dans un monde de rêve, de poésie, une autre réalité. Les guides sont plein d’humour et connaissent sur le bout des doigts l’histoire de chaque manège, de chaque statuette du musée. On peut participer aux attractions comme la course des garçons de café ou le carrousel à vélos. Même le bâtiment extérieur semble magique avec sa grande cour pavée et la végétation qui l’entoure. Le temps semble figé, on laisse parler ses sensations d’enfants.

A ne pas manquer et à visiter les jours de faible affluence pour pouvoir profiter pleinement des lieux.

arts forains

 

Le bunker de Gare de l’Est : Ambiance totalement différente avec ce bunker construit en 1939 qui servait à gérer le départ des trains de la gare et assurer une communication secrète avec les autres gares de la ville. Il avait aussi été construit pour protéger une partie de la population des attaques de gaz lors de la Première Guerre mondiale. il a été investi par les Allemands après la défaite de 1940.  La salle des machine est impressionnante, on y découvre de vieux moteurs, compresseurs, cadrans… et la salle de contrôle livre sur ses tables des plans énigmatiques. Le bunker semble figé dans le temps, rien n’a bougé depuis sa création. On imagine presque des agents faire irruption dans les salles pour venir travailler.

Propriété de la SNCF, le bunker de la Gare de l’Est n’ouvre ses portes au public que très rarement, souvent lors de la journée du patrimoine ou de Paris Face Cachée. Je crois avoir attendu 2 ou 3 ans avant de pouvoir m’y rendre. Un plaisir pour l’historienne que je suis !

bunker

 

Le bouillon Chartier : Un petit creux ? Ce restaurant situé au 7 rue du Faubourg Montmartre, dans le 9e arrondissement a été fondé en 1896 dans un ancien hall de gare et est classé monument historique depuis 1989. Une adresse mythique de Paris, l’une des tables les plus fréquentées par les touristes. Attention, on ne va pas au Bouillon Chartier pour déguster de la grande cuisine mais on y va plutôt pour le lieu, pour l’ambiance et pour des plats aux prix défiant toute concurrence. La décoration nous emmènent directement à la Belle Epoque parisienne et on admire  le ballet des garçons de salle habillés en rondin et long tablier blanc. Pour en revenir au prix, vous pouvez déguster un potage de légumes frais pour 1 euros, une terrine de campagne pour 2.5 euros, un Confit de canard pommes grenailles pour 9.50 euros et une pêche melba pour 2.20 euros. Autant se faire plaisir ! Le garçon de salle qui s’occupe de nous écrit notre commande, au fur et à mesure du repas, sur la nappe en papier blanc de la table. Des meubles à tiroirs abritent les serviettes des habitués qui viennent les récupérer avant de déjeuner.

Le restaurant est ouvert 7/7 et ne prend pas de réservation, donc il faut y aller tôt. L’ambiance est souvent bruyante et il est possible d’être placés à une table avec des inconnus mais l’expérience peut être très conviviale.

bouillonchartier022

 

59 Rivoli : Il s’agit d’un collectif d’artistes fondé et basé dans un immeuble au numéro 59 de la rue de Rivoli abritant plus de 30 artistes en résidence. La décoration de la façade change au gré du vent et des envies de ses occupants. Une fois la porte poussée, on grimpe les marches recouvertes de peinture pour découvrir les ateliers des artistes qui y travaillent et exposent en même temps. Parfois il y a des concerts, des performances, on fait la rencontre de peintres, sculpteurs, pochoiristes… Avec mon mari nous avons acheté notre premier vrai tableau original là bas, nous avons discuté avec l’artiste, il nous a raconté son histoire, nous a expliqué sa technique, c’est un vrai bonheur de pouvoir échanger aussi simplement. On déambule entre les ustensiles de travail plus ou moins bien rangés, les esquisses en cours, le nouveau projet démarré… des sortes de minis cavernes d’Ali Baba.

L’entrée est gratuite du mardi au dimanche de 13h à 20h et des concerts sont organisés les samedis et dimanches soirs.

rivoli 59 2

 

Les jardins Albert-Kahn : Un cadre privilégié pour se ressourcer à deux pas de Paris, à Boulogne. Un monde paisible ou la nature est reine, un jardin mappemonde que j’affectionne particulièrement au printemps et à l’automne. On se promène dans le jardin japonais avec ses 2 maisons importées du Japon, ses statues et ruisseaux, ses ponts de bois surplombant des bassins. Splendide, mon endroit favori. Puis on flâne dans le jardin anglais avec sa pelouse bombée recouverte de fleurs et son pont en rocaille pour rejoindre le jardin français dont la floraison des rosiers à partir de juin est fabuleuse. Enfin, on traverse les forêts du jardin, celle vosgienne, celle dorée et celle bleue. Un dépaysement total, un havre de paix. Pour la petite histoire, c’est le premier endroit dans lequel je me suis rendue pour faire des photos avec mon appareil Nikon. Des heures à mitrailler la nature, je suis venue à plusieurs saisons, le même endroit se transforme totalement pour ma plus grande joie.

jardin-japonais-paris.jpg

 

La méridienne de l’église Saint-Sulpice : Vous avez sans doute tous entendu parler de la méridienne de Saint -Sulpice depuis le Da Vinci Code de Dan Brown ? Cependant, contrairement à ce que le roman explique, le méridien visible à Saint-Sulpice ne se confond pas avec le méridien de Paris et il n’a jamais servi à déterminer la longitude d’un point du globe terrestre. Elle  est un dispositif conçu ici pour projeter l’image du soleil sur le sol afin de déterminer des éléments fondamentaux de son mouvement annuel dans le ciel.  Le soleil croise différentes parties du méridien selon l’époque de l’année, en fonction de sa hauteur dans le ciel à midi. Sur la ligne méridienne figure un disque « d’or » qui localise la position du soleil aux équinoxes. Il est situé juste en face de l’autel. À l’extrémité sud de la ligne méridienne se trouve une plaque carrée en marbre, qui correspond à la position du Soleil au plus haut à midi le jour du solstice d’été. A l’autre extrémité de la ligne méridienne se trouve un obélisque qui est éclairé près de son sommet lorsque le soleil est au plus bas à midi le jour du solstice d’hiver. J’avoue que sans le Da Vinci Code et l’envie d’une amie de s’y rendre pour voir le méridien, je ne serais sans doute jamais rentrée dans cette église qui mérite le détour.

gnomon2

 

La rue Crémieux : La rue Crémieux est une voie piétonne située dans le 12e arrondissement de Paris,  à proximité de la gare de Lyon. Elle est la rue la plus colorée de Paris, le charme opère dès les premiers pas. Les façades des maisons font la part belle aux couleurs douces et pastel et  les trompes l’œil attirent le regard. On a l’impression de quitter Paris pour retrouver Portobello à Londres ou l’île de Burano à Venise. Une balade courte mais délicieuse et bucolique en plein cœur de l’émoi urbain.

rue-crémieux-parisandaround-2-1024x683

 

Le musée Gaumont : Le musée Gaumont recèle des trésors cinématographiques, rassemblant archives et objets relatifs à l’histoire de cette industrie et plus largement, l’histoire du septième art. Il a donc pour objet de collecter, conserver et de valoriser ce patrimoine, depuis son origine en 1895 jusqu’à nos jours. On y découvre des objets ayant servi pour des films, des affiches, des costumes, des caméras, des photographies de tournage, des croquis…  La salle des effets spéciaux est épatante ainsi que les costumes réalisés pour le Cinquième Elément. Malheureusement il n’est visible que lors des journées du patrimoine sur réservation.

musee gaumont.jpg

 

Salon de thé Angelina : Sans aucun doute LE meilleur chocolat chaud de Paris pour moi ! Le chocolat est très épais, dense et onctueux, et très fort en chocolat. Vous pouvez le déguster dans le salon de thé mais je vous conseille de le prendre à emporter (cela évite la queue) au  226 Rue de Rivoli et d’aller le déguster en face dans le jardin des Tuileries. Un bonheur pour les papilles !

angelina

 

Ecole 42 : L’école d’informatique abrite le premier musée d’art urbain en France. En entrant dans les différentes salles, le silence est seulement perturbé par les chuchotements des élèves et mains tapant frénétiquement les touches des claviers d’ordinateurs. Les élèves cohabitent en toute tranquillité avec les œuvres d’art urbain. Les fresques de Monkey Bird envahissent les escaliers et côtoient les serviettes qui sèchent sur les rambardes (des douches sont à disposition des élèves). Sur 4 000 m², on y découvre 150 œuvres (fresques, sculptures, pochoirs, collages, gravures…) d’artistes majeurs de l’art urbain : Bansky, JR, Shepard Fairey, Bault, Madame… Une très belle collection à voir absolument et une école à la pédagogie novatrice intéressante.

ecole 42

 

Voilà pour ce premier petit tour d’horizon. Paris regorgeant d’endroits plus fabuleux les uns que les autres, d’autres articles suivront sans doute dans l’année.

2 commentaires sur “Mon Paris…

  1. Merci pour ce petit partage 😉 Il parait que le Musée de l’art forain est vraiment magique pour les enfants!! Il faudra que l’on te présente mon amie qui connait tous les petits coins parisiens !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s