Mylène Farmer

« Beuuuuuuuuuuuuuurk », et oui, pas facile d’être une fan de Mylène Farmer et de l’assumer tous les jours. La plupart des gens qui l’apprennent sont étonnés « quoi tu es fan ? Pourtant tu es marrante et joyeuse », « mais t’es pas gothique pourtant », « je pensais vraiment pas qu’une nana comme toi pouvait écouter cette suicidaire », « mais c’est bizarre non ? C’est depuis longtemps ? », « ha mais tu es lesbienne ? »… Je vous rassure, je vais très bien, je ne dors pas dans un cercueil, je n’ai jamais essayé de m’ouvrir les veines et je ne bois pas un bol de sang en professant des paroles sataniques tous les matins.

Certes, quand en CM2 tu écoutes avec ta meilleure amie de l’époque les albums de Mylène alors que les autres enfants sont élevés à Henri Dès et Chantal Goya, tu dénotes légèrement du paysage. A part ma phase Dorothée, j’écoutais plutôt les mêmes musiques que mes parents Santana, Téléphone, Les enfants du Rock, Mano Negra, Les Rita Mitsouko… et je dansais des rocks dans le salon avec mon papa.

Je suis vraiment devenue « fan » ( ce terme me dérange toujours un peu, il évoque quelque chose d’extrêmement excessif) en allant voir son concert en 1996 avec ma tante au Zénith d’Orléans. Là ce fut une révélation. Je me souviens avoir eu des frissons dans le corps et des larmes dans les yeux. Un écran géant, une araignée en métal gigantesque articulée et suspendue, des effets pyrotechniques, l’avant d’une locomotive, des costumes du couturier Paco Rabanne, des chorégraphies parfaitement exécutées et une foule en folie, j’avais l’impression d’assister à quelque chose d’unique. J’en ai pris plein les yeux et à partir de ce jour, je me suis jurée de ne jamais rater un concert. J’ai eu la chance de revoir celui de 1996 une seconde fois, d’aller à Bercy pour celui de 1999, 2006 et 2013 et au Stade de France pour celui de 2009. Et évidemment j’ai mon billet pour son retour en 2019 et je serai accompagnée pour la première fois de mon mari !

Ses spectacles sont vraiment spectaculaires, on traverse des univers très différents inventés par divers artistes : création d’une balançoire en forme de 2 sphinx ornée de la tête du dieu Thot et d’un buste de plusieurs mètres de haut à l’effigie d’Isis par Giger, nacelle mouvante avec sarcophage en plexiglas porté par 6 gardiens sur une scène reliée par un pont devant une double porte géante dont les panneaux sont des répliques de ceux des portes méridionales du baptistère St Jean à Florence par Mark Fisher, deux écorchés articulés s’élevant à sept mètres de hauteur lorsqu’ils sont en position debout avec un rideau d’eau écritures (première mondiale) pour le tour 2009 et enfin la réplique géante d’un accélérateur de particules et des robots danseurs en première mondiale en 2013. Certes, les billets ne sont pas donnés mais les spectacles en valent vraiment la peine, ils nous plongent dans un univers incroyable l’espace de quelques heures. Parfois, on est tellement happé par les décors, les jeux de lumière, les danseurs, les costumes… qu’on écoute presque de manière distraite les paroles des chansons.

Mais Mylène c’est autre chose. C’est une artiste secrète entretenant le mystère. De rares interviews et passages TV, 30 ans de carrière et seulement 11 albums et 6 concerts, 2 films et 2 livres. Elle parle en revanche passionnément de ses sources d’inspiration et c’est un peu grâce à elle que je me suis intéressée jeune à Baudelaire, Edgar Allan Poe, Virginia Woolf, Primo Levi, Egon Schiele, Robert Doisneau, Bettina Rheims, David Lynch, Pierre Reverdy, David Lean… j’avais envie de découvrir son univers et ma curiosité m’a poussé à me renseigner sur ces divers artistes. Cela a été formateur, j’ai fais de belles découvertes qui, de fil en aiguille, m’ont amené à découvrir d’autres artistes. J’aime en écoutant ses chansons découvrir les hommages  dissimulés qu’elle rend à tel ou tel artiste. C’est comme partager un secret. Se dire fièrement qu’on a reconnu la référence, l’influence de Baudelaire par exemple là où la plupart des gens trouveront juste que c’est une belle phrase. J’ai visité de belles, et parfois improbables, expositions avec en tête l’envie de découvrir de nouveaux indices.

Donc oui, pour toutes ces raisons, je suis fan de Mylène Farmer. C’est une artiste qui me touche, qui propose des choses et qui est extrêmement généreuse sur scène. C’est encore quelqu’un qui m’emmène à la découverte de nouveaux univers, de d’autres artistes. Quelqu’un qui arrive à me surprendre et à me donner des frissons avec la petit touche de provocation qui n’est pas pour me déplaire 😉

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s