Retour du Pérou

Comment résumer le Pérou en quelques lignes, par où commencer…

C’est un pays tellement riche humainement, culturellement, ou montagnes, volcans, canyons, lacs côtoient lamas, flûtes de pan et traditions ancestrales. Les paysages sont tous plus surprenants les uns que les autres, on s’émerveille à chaque fois, on se sent tout petit face à l’immensité des lieux.

Nous avons pu profiter pleinement de notre voyage, mes inquiétudes face au mal des montagnes (soroche) se sont bien vite envolées, une certaine quiétude s’est emparée de moi dès les premiers jours. Je me suis surprise à surmonter mes propres limites notamment en gravissant la montagne menant à la forteresse de Chimpa, départ à 3200 m d’altitude, environ 500 m de dénivelé et 28 degrés ! Moi qui ne suis pas sportive pour un sou, je suis sortie de ma zone de confort, j’ai retroussé mes manches et j’y suis allée ! Ce dépassement de soi m’a procuré une véritable satisfaction (et à mon mari aussi, il était très fier !), le sentiment de se sentir vivante, d’avoir la force mentale et la volonté d’y parvenir. Et puis quelle récompense une fois en haut : une forteresse inca trônant sur la vallée du Colca et ses terrasses d’un côté et sur le canyon de l’autre. Nous étions seuls au monde.

Nous avons également eu  la chance de dormir chez des locaux, un couple adorable et leurs 2 enfants, au bord du lac Titicaca. Dans les campagnes, les péruviens survivent grâce à l’agriculture : maïs, pommes de terre, quinoa… nous avons pu partager leur quotidien l’espace d’une journée en aidant pour la pêche, le travail de la terre et les moutons. Nous avons également participé aux danses du village, revêtus des costumes traditionnels. Un beau moment de partage en toute simplicité. Ces gens n’ont quasiment rien et pourtant, ils donnent tout.

Nous avons découvert des endroits improbables comme les îles Uros, des îles flottantes construites en roseaux amarrées à des piquets leur évitant la dérive et dont la superficie varie de quelques dizaines à quelques centaines de mètres carrés. Chaque semaine, une nouvelle couche de roseaux est ajoutée pour remplacer celle qui a coulé. Tous les dix ans, il faut déménager et construire une autre île. Il y a aussi les salines de Maras, défiant quelques peu les lois de la nature puisqu’elles sont accrochées à flanc de montagne à 3300 m d’altitude; les terrasses de Moray ancien centre de recherche agricole inca se présentant comme des amphithéâtres constitués de plusieurs terrasses disposées en cercle concentriques ou, dans un tout autre registre, le couvent Santa Catalina à Arequipa d’une surface de 20 462 m2, abritant jardins, cloîtres et parcs.

Et évidemment le célèbre Machu Picchu qui m’aura valu une belle nuit blanche et un réveil à 4h30 du matin. Et oui, le stress de découvrir enfin cet endroit tant rêvé, la peur d’être déçue après tous les paysages merveilleux que nous venions de parcourir. Je vous rassure, c’est juste fabuleux. Aucune photo ne pourra jamais refléter avec exactitude sa beauté et l’atmosphère y régnant. Il faut le voir pour le croire.

Enfin, un point qu’il ne faut pas non plus négliger : la gastronomie péruvienne ! Des plats gargantuesques ! Nous nous sommes gavés de lamas, truites, poulets, de pommes de terre (2301 espèces), de soupes, de quinoa (rien à voir avec chez nous)… le tout arrosé de Pisco (boisson nationale, un alcool de raisin), de bières locales et de chicha morada (jus de fruit dont la base est le jus du maïs violet). Une petite remarque cependant, les péruviens sont de grands amateurs de l’Inca Kola que nous avons testé. D’une couleur jaune fluo, le gout est proche du chewing-gum et très sucré, bref je vous déconseille fortement ! Et puis Monsieur a joué les intrépides en goûtant le fameux Cuy nommé chez nous… cochon d’inde que les péruviens aiment servir entier avec la tête et les pattes…

Un voyage de noces en or, un séjour gravé dans nos mémoires et nos cœurs pour toujours. Une expérience hors du temps. Nous projetons d’y retourner dans quelques années en s’entrainant cette fois-ci afin de réaliser le trek du chemin de l’inca sur 4 jours, visiter l’Oasis de Huacachina,  la Vinicunca (la « montagne aux sept couleurs ») l’Amazonie et survoler les lignes de Nazca. Encore un beau projet, encore des paysages merveilleux à découvrir.

En attendant, nous seront ravis de nous remémorer ces moments merveilleux en votre compagnie 🙂

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s